Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/08/2011

Carence en vitamine D : un test

L'affaiblissement du système immunitaire est le résultat d'une carence en vitamine D dans le corps humain, et cela peut augmenter le risque de cancer et d'ostéoporose. Une équipe de scientifiques britanniques a développé un test sanguin innovant et extrêmement précis ayant la capacité de déterminer l'importance du régime alimentaire dans les carences en vitamine D. Le test est présenté dans deux articles publiés dans la revue Nutrition Journal. (source: foodinaction)

Après avoir évalué les données résultant de 20 années de recherche, les chercheurs ont découvert qu'il n'y avait aucun lien direct entre les carences en vitamine D, la santé et les maladies. C'est là que le test fait son apparition...
vitamine, d, santé, cancer, dalgleish
Menés par le professeur Declan Naughton, les chercheurs de la Kingston University London ont développé un test sur une période de cinq mois et ont découvert qu'il était possible de distinguer les diverses formes de vitamine D que le corps absorbe par le biais du régime alimentaire et du soleil (à savoir la vitamine D12 et D3) à partir de composants étroitement liés.

«Beaucoup de gens pensent que la principale source de vitamine D vient du soleil car les hommes produisent naturellement un type de vitamine D à partir de l'impact du soleil sur la peau», explique le professeur Naughton du département des sciences de la vie de la Kingston University. «Ce que l'on sait moins, c'est que l'on peut trouver un autre type de cette vitamine dans des aliments tels que le saumon, les maquereaux, les sardines et les jaunes d'oeufs. Notre nouveau test permet de mesurer individuellement toutes les formes de vitamine D qui comptent et peut nous aider à mieux comprendre l'origine de ces carences. Peut-être a-t-on simplement besoin de plus de soleil, ou de surveiller davantage notre régime alimentaire.»

Lire la suite

06/10/2008

Santé: les graisses indispensables

 

Toutes les graisses ne sont pas mauvaises, bien au contraire (suite de l'enquête Test-Achat) : les scientifiques s’accordent même à dire que les graisses végétales (que l’on retrouve dans les graines, les légumineuses, les fruits oléagineux, les avocats, les olives et leurs dérivés : huiles, margarines et minarines) et de poisson sont à privilégier par rapport aux graisses d’origine animale (viandes grasses, beurre, crème fraîche, fromage, etc.), riches en « mauvaises graisses » (acides gras saturés).

Les bonnes graisses, insaturées, trouvées principalement dans les graisses d’origine végétale, sont utiles à notre santé. Or, nous consommons trop peu de ces « bonnes graisses », au profit des mauvaises !d710bf2bba7d7acc1331cefb17146d37.jpg

- Les « bonnes graisses insaturées » constituent une partie de nos cellules et sont nécessaires au développement et au maintien d’un corps sain.

- Les « bonnes graisses insaturées » contiennent des composés essentiels pour l’organisme que le corps ne peut fabriquer seul, tels que les omega-3 et omega-6. Il est donc nécessaire d’apporter ces nutriments via l’alimentation !

- Ces « bonnes graisses » sont aussi des vecteurs d’importantes vitamines liposolubles, principalement de :

- vitamine A, essentielle pour la croissance, le développement et le bon fonctionnement des yeux ;

- vitamine D, indispensable pour l’assimilation du calcium ;

- vitamine E, un antioxydant qui lutte contre l’oxydation des lipides membranaires.

Plus d'infos

Il est recommandé de modérer la consommation de graisses d’origine animale, car elles contiennent souvent une quantité importante de « mauvais » acides gras saturés. Cela concerne surtout les viandes grasses et les produits laitiers entiers, le beurre, la crème fraîche et le fromage, des produits largement présents dans les actuelles habitudes alimentaires des Belges.e69415c1f410dd80ac82fd118a0eda08.jpg

Mieux vaut privilégier les graisses d’origine végétale (telles que les huiles, margarines et minarines). Le poisson et les fruits de mer constituent une exception : ces produits d’origine animale contiennent aussi principalement de « bons » acides gras insaturés, très importants pour notre corps.

13/09/2008

Vitamine B12: nouvelles découvertes

Pour la première fois, des chercheurs britanniques mettent en avant les bienfaits à long terme de la vitamine B12 ( www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=vitamine_b_12_ps )quand il est absorbé naturellement.Rappelons que la vitamine B12 est notamment présente dans le poisson, la viande, le lait, les céréales.

« Nous avons découvert que les seniors dont l'alimentation est riche en vitamine B12 (www.healthandfood.be/html/fr/news/2007/2007-02-14_b12.htm ) , ont un risque de troubles de la mémoire ( www.prevention.ch/lamemoire.htm )divisé par six » affirment-ils dans les colonnes de la revue spécialisée Neurology. (cb9b0c90cfabe7bf21d7b4b1b5a51f9e.jpgwww.neurology.org )

Plus d'infos:

Le Pr Anna Vogiatzoglou et son équipe, de l'Université d'Oxford, appuient leur affirmation sur une cohorte de 107 personnes suivies pendant 5 ans. Agées de 61 à 87 ans, toutes ont été soumises à des tests de la mémoire et à un scanner cérébral.

« Les résultats sont particulièrement intéressants. Un simple enrichissement du régime alimentaire en vitamine B12 ( www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/vitamine-b12-4835.html )suffirait à préserver dans une certaine mesure, nos capacités cérébrales » précise Vogiatzoglou. « Pas besoin donc de se lancer dans une supplémentation ». En effet, le simple fait d'adopter une bonne hygiène de vie couvrirait les apports recommandés.  (Source : Neurology, 9 septembre 2008)