Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/10/2012

Faites du sport même avec un cancer !

Le KCE s’est penché sur les exercices physiques pratiqués pendant ou juste après un traitement par chimiothérapie et/ou radiothérapie. Quels sont les exercices physiques visés?

Par exercice physique on entend n’importe quel type de mouvement du corps, réalisé régulièrement au cours d’un certain laps de temps. Il peut s’agir de marche, de vélo, de natation ou de fitness mais aussi d’exercices initiés sous la supervision d’un thérapeute, que le patient poursuit ensuite individuellement. (Plus d'infos sur Topicsanté.be)

15:43 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cancer, sport, santé |  Facebook | |  Imprimer

12/07/2012

Contrôle anti-dopage : un travail de terrain

Chez nous, sur le terrain, les médecins contrôleurs ne manquent pas de travail. Le Dr Anne Thote fait partie des médecins qui contrôlent aujourd’hui les sportifs professionnels et amateurs dans la Fédération Wallonie-Bruxelles : « Mon métier au quotidien est celui de médecin du travail. Le vendredi soir et le week-end et aussi exceptionnellement la semaine, j’exerce cette activité très intéressante de médecin de contrôle anti-dopage. Je me suis engagé dans cette voie parce que j’y appréciais notamment le côté lié à la prévention. Il s’agit d’un aspect très utile de notre profession de médecin. On peut avec chaque sportif faire passer des messages liés aux produits que l’on peut prendre et aux produits à risque. J’insiste aussi beaucoup auprès des personnes que je contrôle sur le dialogue qu’elles doivent avoir avec leur médecin généraliste et leur pharmacien. Ces professionnels de la santé ne peuvent pas toujours savoir que la personne en face d’eux pratique tel ou tel sport. Le sportif doit aussi leur en parler franchement. »  (Plus d'infos sur Fan de santé)
 
Les athlètes amateurs ne sont pas assez vigilants envers certains produits : « Il y a certains produits anti-tussifs qui contiennent des substances interdites (stimulantes )! Ils ne le savent pas toujours. Ils font aussi beaucoup d’auto-médication. »

16/05/2012

Mort subite des sportifs : que faire?

Depuis quelques années plusieurs accidents cardiaques (Foé, Féher, Puerta...) ont eu lieu sur les pelouses des terrains de football. Le plus récent est celui de Muamba, le joueur de Bolton. santé, sport, mort, subite

Lorsque le directeur médical du marathon de Londres, Sanjay Sharma, a été appelé le mois dernier pour une personne qui s'était effondrée suite à une suspicion d’arrêt cardiaque à un kilomètre de la ligne d'arrivée, il s'attendait à trouver un homme d’une septantaine d’année.
« J’ai du cacher ma surprise lorsque j'ai vu une femme jeune et athlétique » a-t-il expliqué. « J'ai dû me ressaisir pendant quelques secondes avant de commencer la réanimation ».
La personne allongée sur le sol était Claire Squires, âgée de 30 ans. Elle a mis en avant les pathologies cardiaques qui tuent des personnes jeunes, en forme et qui excellent dans leur discipline, tout comme le footballeur italien Piermario Morosini et le nageur olympique norvégien Alexander Dale Oen.
(Plus d'infos sur Fan de santé )

16/04/2012

Sport et coeur : deux nouveaux accidents

Ce week-end, deux nouveaux sportifs ont connu des accidents dramatiques au coeur en pratiquant un sport. Certaines voies réclament des contrôles de prévention pendant l'année.

Pour rappel, Veronica Gomez avait été élue joueuse de l'année en Belgique en 2007 lorsqu'elle jouait pour le club de Tongres.

Elle jouait cette année au Lokomotiv Bakou en Azerbaïdjan. Après une opération au tendon d’Achille, la joueuse était rentrée au Venezuela pour se rétablir auprès de ses proches. C'est dans son pays que Veronica Gomez est décédé d'une crise cardiaque à l'âge de 26 ans.

Il s'agit du deuxième sportif de haut-niveau qui décède ce week-end d'un problème cardiaque. Samedi, le joueur de football italien Piermario Morosini décédait sur le terrain lors d'un match de championnat de division 2 à Pescara. Il s'était effondré et n'avait pu être réanimé.

08/04/2012

Faites du sport...mais régulièrement

«On sait désormais que ce qui est vrai pour les jeunes champions de vélo ou de tennis l'est aussi pour les autres», assure Jean-François Toussaint directeur de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (Irmes).  Tout laisse à penser que plus l'effort est fréquent, plus le bénéfice sera grand, même si les scientifiques cherchent encore la posologie précise, et qu'au-delà d'une certaine quantité d'efforts, variable selon les individus, l'excès pourrait être délétère. (Plus d'infos sur Fan...de santé)
Le conseil minimum reste donc d'avoir une activité d'intensité modérée: pendant 30 minutes cinq fois par semaine ou une activité intense trois fois par semaine pendant 20 minutes. Au-delà, il semble qu'il y ait ce que les scientifiques appellent une relation dose/effet, c'est-à-dire que plus on fait de sport et plus le bénéfice est grand. (Plus d'infos sur Fan...de santé)sport,santé,femme,homme

01/03/2012

Comment éviter les crampes?

Les crampes se manifestent en raison d’un manque de micronutriments essentiels à la fonction musculaire (potassium, magnésium, calcium et sodium plus particulièrement) ou à cause d’une hydratation insuffisante lors d’un effort physique. Chez les sportifs, elles peuvent apparaître à tout moment : au cours de l’échauffement, en plein effort, en fin d’exercice quand le corps est fatigué ou quelques heures après l’activité, c’est-à-dire en phase de récupération, et notamment durant la nuit. Mais qu’on se le dise, les crampes peuvent concerner tout le monde et plus spécifiquement encore les femmes enceintes, les personnes sédentaires et les insuffisants rénaux. Mais comment éviter les crampes? Topic Santé vous répond. imagesCA8XO6S1.jpg

27/01/2012

Au volant, le sommeil tue !

Le sommeil tue plus que la vitesse sur les routes françaises. Il est ainsi responsable de 15 à 20 % des accidents sur l'ensemble du réseau routier. C'est ce que nous rapporte l'hôpital Raymond Poincaré de Garches, qui a mené une étude scientifique sur l'hypovigilance. Cette enquête a été financée par la " Fondation Vinci pour une conduite responsable ", fondation créée par Vinci afin d'améliorer la prévention des accidents de la route. (Plus d'infos sur femme en santé)IMG_0130.JPG

07/01/2012

Sport et bière: atout ou ennemi?

La bière est-elle bonne pous les sportifs après l'effort? Le débat n'est pas nouveau ! Il y a les pour et les contre. En France, Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, n'a jamais entendu parler du bienfait de la bière après le sport. Il y a deux ans, il avait consacré une note de blog à ce sujet. (plus d'infos sur femme en santé)

17/11/2009

Trop peu de Belges achètent un appareil auditif

Bien qu'environ 700.000 Belges sont concernés par un remboursement de l'INAMI pour l'achat d'un appareil auditif, seuls 25.000 d'entre eux se procurent chaque année un tel appareil, écrit le magazine de la santé Bodytalk, sur base de chiffres du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE). L'INAMI prévoit un remboursement moyennant des conditions précises. Selon une étude internationale, plus de la moitié des personnes âgées entre 61 à 70 ans et près de 80% des plus de 70 ans souffrent de surdité à des degrés divers. Etant donné qu'il n'y a pas de traitement, seul un appareil auditif peut soulager cette peine.
Les personnes qui en achètent un par le biais d'une prescription délivrée par leur ORL peuvent obtenir un remboursement d'environ 500 euros pour un appareil pour une oreille et de 950 euros pour un appareil pour les deux oreilles.
Selon l'étude réalisée par le KCE, les appareils auditifs vendus en Belgique sont en moyenne plus chers que chez nos voisins. D'après le centre, les Belges se procurent des appareils auditifs trop chers sans en retirer un quelconque avantage. Le KCE pointe ainsi du doigt les vendeurs qui tirent un avantage en proposant des appareils plus chers.

23/09/2009

Maladies inflammatoires : recommandations pour la grippe

L'arthrite, les maladies inflammatoires intestinales et le psoriasis sont des maladies inflammatoires chroniques fréquentes. Elles touchent les articulations (arthrite), les intestins (maladie de Crohn, colite ulcéreuse) et la peau (psoriasis). Les patients qui souffrent d'une telle maladie inflammatoire présentent des modifications du système immunitaire et ont, en outre, souvent besoin d'un traitement d'entretien qui peut avoir une influence sur la résistance immunitaire. S'ils prennent de tels médicaments, le groupe de travail 'Influenza et maladies inflammatoires chroniques' du Commissariat interministériel Influenza les compte parmi les groupes à risque pour la grippe A/H1N1 (la grippe mexicaine).

Le groupe de travail recommande dès lors à ces patients de se faire vacciner de manière optimale et de consulter leur médecin généraliste à temps s'ils présentent des symptômes de la grippe. Lorsqu'ils sont touchés par la grippe A/H1N1, ces patients entrent aussi en considération pour un traitement par antiviraux. Les recommandaions du groupe de travail seront discutées au sein d'une table ronde à Bruxelles avec des représentants des associations de patients le mercredi 23 septembre. Le groupe des affections inflammatoires immunomédiées comporte entre autres les maladies rhumatismales (telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la maladie de Bechterew et l'arthrite psoriasique), les inflammations intestinales chroniques (dont la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse) et enfin les maladies de la peau (comme le psoriasis). Une caractéristique commune de ces maladies est la manifestation d'une réaction inflammatoire chronique, qui se traite souvent à l'aide de médicaments qui affaiblissent le système immunitaire (ce que l'on appelle l'immunothérapie). Les traitements qui peuvent réduire les défenses sont notamment la cortisone, le méthotrexate, l'azathioprine et les nouveaux médicaments tels que les agents bloquant le TNF. Les patients atteints d'une maladie inflammatoire chronique, et particulièrement ceux sous immunothérapie, sont plus enclins à développer des infections.

De plus, dans ce groupe de patients, les infections peuvent vite prendre une autre tournure et les symptômes d'alarme comme la fièvre sont parfois moins prononcés. Les médicaments à base d'aspirine (ex. : diclofenac, piroxicam, ibuprofen), les médicaments contre la malaria, la sulfasalazine et la mésalazine n'affaiblissent pas les défenses et n'entraînent pas de risque infectieux accru. A la lumière d'une possible propagation pandémique de la grippe A/H1N1, un certain nombre de mesures de précaution supplémentaires sont de mise pour les patients souffrant de maladies inflammatoires chroniques sous immunothérapie. Premièrement, les patients appartenant à ce groupe à risque ont tout intérêt à bien se faire vacciner, non seulement contre la grippe saisonnière mais aussi contre les pneumocoques, qui sont responsables d'un pourcentage important d'inflammations des poumons qui peuvent survenir comme complication en cas de grippe. Par ailleurs, le groupe de travail conseille à ces patients de consulter leur médecin généraliste dès qu'ils ont des symptômes qui pourraient faire penser à la grippe, comme de la fièvre, des douleurs musculaires et de la toux. Le généraliste est aussi la personne indiquée pour donner des conseils par rapport au traitement durant une exacerbation de la grippe. Lorsque le médecin traitant diagnostique une grippe chez ces patients, il peut mettre en route un traitement par antiviraux. De plus, tous les patients qui appartiennent à ces groupes à risque seront vaccinés gratuitement contre la grippe A/H1N1 dès que le vaccin sera disponible.

Tant pour les médecins que pour les patients : toutes les infos d'actualité sur la grippe A/H1N1 sont disponibles sur www. influenza.be.

11:53 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, sexe, santé, sport |  Facebook | |  Imprimer