Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/07/2012

3 astuces pour réussir son régime

Tous ceux qui ont tenté un jour de maigrir, avec ou sans aide professionnelle, savent à quel point il peut être difficile d'atteindre l'objectif fixé. Cela est encore plus vrai pour les femmes ménopausées, dont le métabolisme ralenti et les changements hormonaux favorisent l'accumulation des graisses.  C'est le Figaro santé qui donne de bons conseils !

 

Mais trois règles de vie peuvent aider au quotidien à perdre du poids, révèle le suivi sur un an de 123 femmes en surpoids ou obèses âgées de 50 à 75 ans. Les conclusions de ces travaux, publiées dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietietics, ont été obtenues par l'équipe d'Anne McThiernan, professeur au Centre Fred Hutchinson pour la recherche sur le cancer, sont étonnamment simples:

-Tenir un journal. Les participantes à l'étude avaient ici pour consigne d'être honnêtes, précises (elles devaient noter la taille des portions avalées et le contenu des étiquettes), exhaustives (idem avec le mode de cuisson et l'assaisonnement des plats), et enfin régulières dans leur rédaction (en emportant leur carnet partout avec elles ou en utilisant une application smartphone dédiée).

Résultat: les femmes qui ont noté ce qu'elles mangeaient, à quel moment et en quelles quantités ont perdu 3 kilos de plus en moyenne que celles qui ne l'ont pas fait.

-Ne pas sauter de repas. «Le mécanisme expliquant pourquoi on grossit quand on saute des repas n'est pas encore bien connu mais il semblerait que le fait de jeûner incite le corps à accueillir plus favorablement les nourritures riches et donc à absorber plus de calories au total, explique l'auteur. Par ailleurs, sauter des repas pourrait refléter un manque plus général d'attention prêtée à la préparation et à l'équilibre des repas - ce qui essentiel à un bon équilibre alimentaire.»

Plus d'infos sur le figaro.fr

22/03/2012

Ligne et plaisir : 10 astuces faciles et pas couteuses !

Retrouver une peau de pêche et une ligne de gazelle, se débarrasser des toxines de l’hiver et regonfler son moral, un défi de taille… pas si inaccessible que cela, grâce à nos dix astuces! (Plus d'infos sur Topicsanté)

1.Manger «détox» et mincir


Mettre son corps au repos durant trois semaines, en buvant beaucoup d’eau et en absorbant des repas légers et riches en végétaux, c’est ça faire une cure «détox». L’objectif étant bien sûr de manger le plus «naturel» possible et de préférence «bio».

Aussi, adieu sucres raffinés, graisses saturées, colorants et autres pesticides contenus dans les mets préparés et bye bye l’alcool et la caféine. Tant d’éléments toxiques ingérés jour après jour, qui finissent par épuiser notre organisme et peuvent induire une multitude de petits troubles, tels que la fatigue ou des lourdeurs digestives.

Donc, consommons beaucoup d’aliments aux vertus détoxifiantes, drainantes et laxatives (comme les artichauts, les poireaux, le cresson, les asperges, les pruneaux, le citron, le radis noir, etc.) et privilégions la cuisson à la vapeur pour préserver toutes les vitamines. santé,mincir,plaisir,régime,astuce

 

Lire la suite

21/11/2011

Photos et débat sur le régime

Il faut une limite à tout en matière de régime... ou d'image que l'on peut donner de la femme aux jeunes filles. Il ne faudrait pas en effet que les plus jeunes perturbent leur alimentation pour ressembler à des filles qui n'existent pas dans la réalité. L'anorexie est un danger mortel !
Le débat fait rage autour du top model Amanda Hendrick qui va devoir prendre du poids ! Après avoir posé en bikini pour une marque de vêtements, les clichés de la jeune femme ont été jugés de "socialement irresponsables". Ces photos qui exposent l'extrême minceur de la jeune femme et ont dû être retirées. Récemment élue femme la plus élégante d'Ecosse, Amanda Hendrick est aujourd'hui vue comme une anorexique qui véhicule une mauvaise image. Ses photos pour la marque Drop dead clothing ont dû être retirées de leur site internet. (source: newsdestars.com)amanda-hendrick-anorexique_105676_w250.jpg

12/09/2008

Régime Méditérannéen contre les maladies chroniques

En Belgique, on estime à 10% le nombre d’adolescents touchés par l’obésité. Le régime méditerranéen ( www.mesregimes.com/regime_mediterraneen.htm ), en général celui des populations des bords de la Méditerranée, fait une large place à l'huile d'olive, les fruits, les céréales, les noix, les légumes, le poisson, arrosés d'un peu de vin rouge, en limitant en revanche la consommation de viande, de produits laitiers et d'alcool. 1a2e65ccda68e44a12d37cbff6748d33.jpg

Il est admis depuis des années que chacune des composantes de ce régime est bonne contre les maladies cardio-vasculaires et les maladies chroniques dégénératives, mais on n'avait jamais fait un point sur l'impact d'un suivi global du régime, selon les chercheurs. ( www.diabsurf.com/Mnl/Alim/RegMed.php )

Une équipe de l'Université de Florence ( www.aboutflorence.com/florence/universite-Florence.html  ) conduite par le Dr Francesco Sofi, dont les travaux sont publiés vendredi en ligne par le British medical Journal (www.bmj.com ) , a rassemblé les données fournies par 12 enquêtes internationales couvrant au total la période allant de 1966 à juin 2008 et incluant plus de 1,5 million de participants, dont les habitudes alimentaires et la santé ont été suivies pendant des périodes allant de 3 à 18 ans.

Ils les ont classées en donnant une note de 1 à la consommation de produits inclus dans le régime méditerranéen, de 0 à celle des autres, et ont établi qu'un niveau d'adhésion élevée au régime méditerranéen ( www.medecine-et-sante.com/nutrition/regimemediterraneen.html )était associé à une réduction significative des risques de mortalité. 46c84aef1cdc5dc34018ae0af5318ba8.jpg

Ainsi une hausse de 2 points dans le suivi d'un régime méditerranéen va de pair avec une baisse de 9% de la mortalité générale et de la mortalité par maladies cardiovasculaires, de 13% des incidences des maladies de Parkinson ( www.associationparkinson.be ) et Alzheimer (www.alzheimer.be ) et de 6% des incidences de cancer.