Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/01/2012

Quelle pilule prenez vous?

La première alerte a été donnée par le « British Medical Journal » à la suite de la publication, il y a quelques semaines, d’une étude danoise menée sur 1,7 million de femmes entre 2001 à 2009. Elle montre que le risque de thrombose veineuse — la formation de caillots dans le sang — est deux fois plus élevé sous une pilule dite de troisième génération (contenant du désogestrel, du gestodène et de la drospirénone) que sous une pilule de deuxième génération (les plus anciennes sur le , contenant du lévonorgestrel), et quatre fois plus élevé que sans contraceptif hormonal. (plus d'infos sur femme en santé)santé, femme, pilule

08:39 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : santé, femme, pilule |  Facebook | |  Imprimer

14/10/2008

Vive la pilule

La pilule reste le meilleure moyen de contraception. C'est ce qui ressort d'une table ronde réunissant des spécialistes, organisée  à Bruxelles à l'initiative de la firme pharmaceutique Bayer. La réunion se tenait à l'occasion du quarantième anniversaire de la pilule contraceptive en Belgique.
La pilule n'est plus un sujet tabou en Belgique. Un changement remarquable est aussi perceptible au niveau des allochtones, même si dans cette population la pilule reste encore souvent utilisée pour des raisons médicales et pas tellement à des fins contraceptives, ont constaté les spécialistes. L'efficacité de la pilule est très fiable à condition de la prendre correctement et donc régulièrement. La plupart du temps, ce sont les adolescentes et les jeunes qui oublient parfois de prendre la pilule.
Les participants de la table ronde sont unanimes concernant les avantages de la pilule: la possibilité de limiter les naissances, des menstruations moins douloureuses et la réduction de pertes de sang. La pilule diminue en outre le risque de plusieurs cancers. La nouvelle génération de pilules devrait également repousser les problèmes d'acné et de cheveux gras.pilules.jpg
"La pilule a donné à la femme la possibilité de gérer sa fécondité elle-même. Auparavant, l'homme contrôlait tout. Par ailleurs, elle a libéré la femme sur le plan sexuel. Avant, il y avait toujours l'angoisse de tomber enceinte. Pour ces raisons, la contraception devrait devenir un droit humain universel", a déclaré le professeur émérite Jean-Jacques Amy de la VUB.
La pilule présente néanmoins aussi des inconvénients. Quelque 10 % des utilisatrices sont victimes de migraines lors de la période d'interruption de la pilule. Elle peut également provoquer des thromboses. Enfin, la pilule peut augmenter le risque de cancer du sein et du col de l'utérus. Il ressort encore de la table ronde que les Belges ne sont pas aussi fidèles à leur marque de contraceptif qu'on ne le croit. (Belga)

22/08/2008

Contraception: pas que la pilule

En matière de contraception (www.planning-familial.be) , de nombreuses opportunités sont offertes aux femmes (www.medicms.be/medi/full/pill.php). Petit-tour d'horizon... sans aborder la question des prix (www.inami.fgov.be/secure/fr/medical_cost/specific/contraceptions/index.htm) :

 

La pilule. C'est la plus répandue, puisque 6 femmes sur 10 en France, la choisissent. Associant le plus souvent un œstrogène et un progestatif, elle vise à bloquer l'ovulation en maintenant à un taux constant, les deux hormones. Ces dernières passent donc dans la circulation générale. Voilà pourquoi -même si de nombreux progrès ont été réalisés concernant le dosage et la composition- la pilule reste contre-indiquée en cas d'hypertension artérielle, d'infarctus, d'antécédents de phlébite ou d'embolie pulmonaire…L'anneau contraceptif. Il renferme lui aussi un oestrogène et un progestatif, délivrés de façon régulière dans l'organisme à travers la paroi vaginale. Avec un objectif identique à celui de la pilule, une efficacité comparable, mais aussi les… mêmes contre-indications.

Le patch. Il doit être collé au bas de l'abdomen ou sur une fesse. Comme la pilule délivre les hormones à travers le tube digestif, les hormones du patch passent dans la circulation par l'intermédiaire de la peau.

L'l'implant contraceptif lui, est inséré à la face interne du bras. Ce dispositif sous-cutané vise également à bloquer l'ovulation en libérant un progestatif de façon continue dans l'organisme .

Un mot enfin sur les dispositifs intra-utérins. Comme le souligne le Dr David Serfaty dans un ouvrage intitulé Contraception, « un seul de ceux qui sont disponibles en France diffuse une hormone progestative », le lévonorgestrel, en l'occurrence. Il s'agit donc d'une contraception hormonale à action essentiellement locale, au niveau de l'utérus lui-même. Ce qui lui confère une efficacité supérieure. Et en comparaison aux autres méthodes, les quantités d'hormone présentes dans le sang sont bien plus faibles.

Avant de choisir, surtout interrogez votre médecin. Il saura vous orienter en fonction de différents critères comme votre âge, votre mode de vie et bien sûr votre état de santé. (Destination-santé)

Source : Contraception, David Serfaty, Editions Masson