Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/07/2012

Les affections à l'origine des euthanasies

La Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie vient de publier son rapport d'activités 2011. Ce rapport concerne les documents d’enregistrement des euthanasies pratiquées entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2011 examinés par la commission.

Au total, 2 086 déclarations d’euthanasie ont été introduites durant cette période. 52 % des patients avaient entre 60 et 79 ans. Dans 75 % des cas, le patient souffrait d’un cancer. 82 % des cas concernaient des néerlandophones et 18 % des francophones.

Toutes les affections qui ont donné lieu à une euthanasie étaient, au moment de celle-ci, conformément aux exigences légales, incurables et graves. La grande majorité d’entre elles (1567 soit 75%) étaient, comme dans les rapports précédents, des cancers (cette dénomination comporte toutes les affections malignes : tumeurs solides malignes, leucémies, myélomes,etc.). La plupart des patients avaient subi de multiples traitements à visée curative et/ou palliative.

 

Plus d'infos sur Topic santé

13/03/2012

Maladie du cerveau: un problème de santé publique

En Belgique, comme dans d'autres pays européens, les maladies du cerveau sont très fréquentes. Les maladies du cerveau,  touchent un Français sur trois. On dénombre 800 000 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, 400 000 sont victimes d'accident vasculaire cérébral, etc. Les maladies du cerveau constituent donc un véritable problème de santé publique pour lequel de nouveaux médicaments doivent être trouvés. Le thème des addictions et dépendances permet de montrer combien le cerveau est complexe : l'alcool et le tabac sont des addictions classiques, et grandes tueuses, celles aux drogues sont également bien connues. cerveau, maladie, santéMais il est important de poursuivre la recherche sur les mécanismes du cerveau permettant d'expliquer la dépendance. Aujourd'hui, à côté des addictions plus classiques, on en voit apparaître d'autres, plus nouvelles qui, en se répétant mettent en danger l'existence du sujet. C'est par exemple le cas dans certains comportements alimentaires ou de jeu excessifs, des addictions aux achats mais également, aux comportements sexuels. Une série de dépendances que l'on connaît moins bien, d'où l'importance de la recherche pour lutter contre ces addictions.
(Source: nordeclair.fr)

11/11/2011

1.000 Belges souffrent de Sclérose Tubéreuse de Bourneville

La Sclérose Tubéreuse de Bourneville (STB) est  une maladie génétique rare dont les premiers symptômes apparaissent dès l’enfance. La Sclérose Tubéreuse de Bourneville (STB), est une af­fection génétique de naissance, caractérisée par le développement de tumeurs bénignes – appelées hamartomes – pou­vant toucher différents organes, notamment la peau, le cerveau, les reins, le cœur, les poumons ou les yeux. En Belgique, il y aurait près de 1.000 personnes souffrant de STB.

Jusqu'à présent, aucun traitement curatif de la STB n’existait, les traitements actuels visant principalement à diminuer les symptômes. Aujourd’hui, tous les espoirs sont permis pour l’une de ces tumeurs cérébrales bénignes (SEGA), grâce à un nouveau traitement médicamenteux, seule alternative à la neurochirurgie.

 

05/02/2010

Dépistage du cancer du sein (la vidéo)

26/10/2008

Nouvelle méthode pour gagner du terrain sur la maladie

Voici dix ans que Jean, 76 ans, est atteint de la maladie de Parkinson. Un jour, il en a eu marre, comme il dit « d'être tordu sans pouvoir trouver une manière convenable de me tenir. J'ai alors cherché dans les techniques de yoga une gymnastique qui pourrait m'aider à gagner un peu de terrain sur la maladie. Après trois ans de recherches et d'exercices, notamment d’assouplissement, je me suis senti beaucoup mieux. Je pouvais enfin me tenir convenablement. J'ai alors voulu en faire profiter les autres parkinsoniens en créant une association : Parkinsonmove. » L’association est dirigée entièrement par des personnes souffrant de la maladie de Parkinson. « Mais attention, nous ne parlons ni de guérison, ni de changer quoi que ce soit à la médication, précise Jean. En fonction de la dégradation physique déjà installée, et qui doit être prise en compte, après quelques semaines de pratique, cette méthode permet simplement de retrouver des gestes et des comportements se rapprochant de la normale. Plus la maladie est installée depuis longtemps, plus il faut de patience et de courage pour récupérer ses gestes. » parkinsonn.jpg

Plus d'infos:

Concrètement, il s'agit d'un ensemble de techniques de gymnastiques, de massages, de recherches sur les énergies destinées à stimuler les patients atteints de Parkinson pour qu’ils se prennent en charge. Ces techniques doivent être appliquées quotidiennement pour éviter à la maladie de gagner du terrain. « Il ne faut pas forcer, mais il faut recommencer sans relâche, tous les jours, répète Jean. Le résultat ne se fait jamais attendre très longtemps mais il faut pour cela une sérieuse dose d’optimisme et une volonté inébranlable. Volonté, optimisme, joie de vivre sont indispensables pour rester en mouvement, … en vie tout simplement. » Le 27 octobre, Jean organise une démonstration de sa méthode à Neufchâteau, à 14 h, à l’ancienne Ardoisière de la Chaurnô. Si vous ne pouvez vous y rendre, sachez que la méthode Parkinsonmove est également disponible sur cd et DVD.

Pour de plus amples informations: http://www.parkinsonmove.com/, info@parkinsonmove.com, 02/646.55.50. (Source C.Bo.)

01/09/2008

Alzheimer: information

 

En Belgique, il n'existe pas d'enregistrement précis des personnes souffrant de la maladie. « Si on regarde les perspectives, d'après les chiffres connus actuellement, on peut estimer que, d'ici 2011, 5 % des plus de 65 ans seront atteints de la maladie d'Alzheimer, plus de 20 % des 60-80 ans en seront atteints et près de 47 % des plus de 80 ans seront concernés. Une étude statistique sur les écoutes téléphoniques d'Alzheimer Belgique permet de faire le point sur les demandes particulières à cette maladie. « Si 52 % des appels proviennent de la Région bruxelloise, près de 35 % sont relatifs à la Région wallonne. Les demandes concernent généralement des informations sur la maladie, la recherche d'aides à domicile, la recherche de maisons de repos et de soins spécialisées et, pour finir, des solutions de répit. Notons que, dans ces demandes de répit, 57 % concernent la recherche d'un centre d'accueil de jour et 33 % concernent des formules telles que celles offertes par « Baluchon Alzheimer Belgique ». »

 

 

Plus d'info 

 

La maladie d’Alzheimer touche 85.000 personnes en Belgique. La maladie d’Alzheimer se manifeste par des troubles de la  mémoire, du comportement, de la parole, du jugement,…  ( www.info-alzheimer.be)

 

Par ailleurs, Baluchon Alzheimer est un service de soutien et d'accompagnement à domicile des familles dont un des proches est atteint de la maladie d'Alzheimer. ( http://www.baluchon-alzheimer.be/ )

 

La Ligue Alzheimer asbl vous invite, proches, parents, amis, à son groupe de parole d’Ottignies le 11/09 de 16h30 à 18h30 (Centre William Lennox,  Salle Broos, Allée de Clerlande, 6, 1340 Ottignies). Infos: 0800/15.225. (www.alzheimer.be )

 

 

Ramadan: permis et interdits

Le journal médical Le Généraliste a sorti ce mois-ci un dossier complet sur le ramadan (fr.wikipedia.org/wiki/Ramadan) et la santé. Pratiquement, il précise qu’il est interdit de manger, boire, fumer et prendre des médicaments par  voie orale. Il est par contre permis de prendre des gouttes ophtalmiques ou nasales.
Les aérosols buccaux, le brossage des dents, les bains de bouche et les soins dentaires ne posent aucun problème. Tous les examens exploratoires manuels, endoscopiques ou par cathéter, y compris avec des produits de contrastes, sont autorisés.
Médocs : jour ou nuit
Toute maladie chronique dont le traitement doit être administré plus de deux fois par jour est admise par l’islam comme une raison d’exemption du ramadan.
Suivant les traitements, il est évidemment possible de prendre certains médicaments la nuit alors qu’ils sont habituellement pris le jour. Ces conditions peuvent changer leur efficacité et leur tolérance, avec peut-être des effets indésirables pour le jeûneur (www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=jeune_th) . De même, les médicaments qui doivent être pris à jeun deviennent difficilement maniables dans les conditions du ramadan.
Par ailleurs, le jeûne chez les personnes atteintes de diabète est associé à de multiples risques. Cette maladie est d’ailleurs reconnue comme une des affections chroniques dangereuses et exemptées du jeûne. Pourtant, nombreux sont les fidèles diabétiques qui insistent pour y participer.
À noter que pour le diabétique insulino-dépendant ( www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/diabete-insulinodependant-traitement-6540.html ), les injections sous-cutanées sont autorisées pendant le ramadan. Il faut cependant adapter le schéma d’injections et les dosages d’insuline aux horaires des repas.
Pour les épileptiques, une étude prospective a montré une recrudescence des crises pendant le ramadan. L’arrêt intempestif du traitement en est la cause principale.
Attention aussi aux femmes enceintes ou allaitantes qui sont dispensées du ramadan, même si elles sont nombreuses à jeûner avec tous les risques que cela comporte.

29/08/2008

WC: uriner rend malade

 

Que pensez-vous de votre WC? Les personnes qui sont dégoûtées des lunettes des wc et urinent dès lors en suspension courent davantage de risques de contracter une cystite, ressort-il d'une enquête du périodique néerlandais gezondNU. Il apparaîtrait que beaucoup de personnes qui souffrent de cystites urinent en suspension.

L'étude révèle que près de 80 pc des Néerlandaises ont déjà uriné au moins une fois en suspension au-dessus des toilettes pour éviter le contact avec la lunette. La proportion est de 40 pc chez les hommes. d6ea974fde7b7bf94d3485424028faad.jpg9f61ede7173f93cb90eb3c1b15139a57.jpg

La moitié des femmes et 40 pc des hommes essaient de ne pas aller aux toilettes en dehors de chez eux. Ces personnes boivent par exemple moins ou se retiennent d'uriner.

D'après le périodique, ce type de comportement peut provoquer des cystites. En outre, les intestins et les reins peuvent être surchargés. En retenant son urine, les déchets pourraient même passer via les intestins dans le sang.

Les gens évitent essentiellement de toucher les lunettes de wc sur les parkings qui longent les autoroutes (81 pc), dans les stations-service (80 pc), dans les trains (75 pc), dans les toilettes publiques des centres-villes ou des magasins.

L'étude de gezondNU conclut que l'angoisse de la lunette de wc sale est relative. La barre de poussée d'une charrette de magasin présente, selon le périodique, en général bien plus de bactéries. (ANP)