Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2008

25 ans de transplantation cardio-pulmonaires

En 1983, la première transplantation cardio-pulmonaire de Belgique était réalisée chez une jeune femme à l'hôpital Erasme. Vingt-cinq ans plus tard, l'hôpital fête l'anniversaire de ce type de transplantation, dont les techniques ont énormément évolué depuis. Aujourd'hui, les transplantations bi-pulmonaires ont remplacé la majorité des transplantations cardio-pulmonaires et le taux de survie des patients a connu une forte hausse.  La première transplantation pulmonaire chez l'homme a été réalisée aux Etats-Unis en 1963. Une quarantaine de greffes seront réalisées au cours des 20 années suivantes, mais quasiment tous les patients décèdent peu de temps après l'opération. Les rejets, infections pulmonaires et problèmes de cicatrisation au niveau des sutures font partie des causes d'échec. poumon.jpg

Le poumon est en effet un organe particulièrement difficile à gérer, explique le Pr. Marc Estenne, chef de clinique de Transplantation Pulmonaire à l'hôpital Erasme: il est plus enclin au rejet et est en contact avec l'air extérieur et donc exposé aux agents toxiques et infectieux. La première greffe d'un seul poumon aura lieu en Belgique en 1968 à Gand. Les premières transplantations cardio-pulmonaires ont elles été réalisées aux Etats-Unis en 1981. En Belgique, la première greffe de ce type est réalisée en 1983 à l'hôpital Erasme par le professeur Primo et son équipe, sur une jeune femme de 24 ans souffrant d'une maladie respiratoire rare. Elle décédera toutefois d'un rejet chronique deux ans plus tard.

Plus d'infos:

Il faudra attendre les années '80 pour que les transplantations pulmonaires commencent à connaître de meilleurs résultats en matière de taux de survie, grâce à la découverte de médicaments anti-rejet. Le véritable essor s'effectuera dans les années '90. Les années '90 verront également les transplantations mono-pulmonaires être peu à peu quasiment abandonnées au profit des transplantations bi-pulmonaires, plus efficaces dans la plupart des cas, et les transplantations cardio-pulmonaires devenir de plus en plus rares, cette intervention n'étant plus pratiquée que quand le remplacement du coeur est indispensable.  "Au départ, la transplantation cardio-pulmonaire a été lancée par des chirurgiens cardiaques, qui s'y connaissaient en transplantation cardiaque, et remplacer le coeur et les poumons en même temps était plus simple pour les maladies pulmonaires. Ce n'est plus le cas aujourd'hui", a expliqué le Pr. Estenne.

Les transplantations pulmonaires sont indiquées dans le cas de maladies non-cancéreuses, dont les plus fréquentes sont l'emphysème, la mucoviscidose et la fibrose pulmonaire, et permettent de traiter aussi les formes graves de maladies touchant les vaisseaux telles que l'hypertension pulmonaire.  Nonante-trois greffes pulmonaires ont été réalisées en Belgique l'an dernier, dans les quatre centres de greffe pulmonaire du pays (CUB-Hôpital Erasme, UZ-Leuven, CHU-Mont-Godinne et UZ-Antwerpen), soit 9,3 par million d'habitant. C'est un record mondial, a souligné le professeur. poumons.jpg

Plus d'infos:

Cela s'explique par le fait que la Belgique est un des pays qui a le taux de donneurs le plus élevé (29 par million d'habitants) au monde, même si 15 à 20 pc des familles s'opposent encore aujourd'hui au don d'organes. Par ailleurs, la plupart de ces donneurs (31 pc) seront également des donneurs de poumons. Le poumon est en effet un organe qui se dégrade très vite et doit être prélevé et transplanté rapidement, et la création d'Unités de transplantation et l'expérience des équipes permettent d'augmenter ce type de transplantation en Belgique. Le temps d'attente pour une greffe s'est par ailleurs réduit ces dernières années pour atteindre environ 113 jours pour les cinquante dernières greffes effectuées à Erasme. Le taux de survie a également fortement augmenté ces dernières années. Pour les patients greffés récemment (2004-2007), le taux de survie est de 83 pc trois ans après la greffe. Après dix ans, le taux de survie tourne actuellement autour des 51 pc.

Ces patients, qui doivent prendre des médicaments à vie, ne sont toutefois jamais à l'abri de complications, liées aux effets secondaires des médicaments anti-rejet notamment (insuffisance rénale, diabète, etc.). Ils connaissent toutefois tous une amélioration spectaculaire de leur qualité de vie après la greffe. (Belga)

30/09/2008

Le psoriasis touche 1 Belge sur 30

Le psoriasis est une maladie chronique de la peau, non contagieuse, évolutive, d’origine génétique, et à ce jour toujours incurable.  Dans le monde, le psoriasis concerne 125 millions de personnes. En Belgique, le psoriasis touche 1 Belge sur 30 soit plus de 300.000 personnes. Le 29 octobre 2008 a lieu la 5ème Journée Mondiale du Psoriasis. Notre association de patients y participe. L’objectif principal de cette journée est de sensibiliser le grand public à la maladie et rappeler que le psoriasis n’est pas contagieux. Le psoriasis est une maladie sérieuse et systémique. L'asbl Psoriasis-Contact s'investit dans cette journée: "Nos bénévoles tiendront un stand d’information dans les halls des hôpitaux Erasme, Saint-Pierre et Saint-Luc pour distribuer des brochures et informer le grand public sur la maladie. La journée s’achèvera par une conférence libre d’accès à 18h  donnée par le Docteur Pierre-Dominique Ghislain aux Cliniques Universitaires Saint-Luc, auditoire central E avec pour thème : Le psoriasis, qu’est-ce que c’est – Le point sur les traitements."