Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/11/2011

La maladie des SMS !

Les Britanniques ont déjà trouvé un nom pour cette nouvelle épidémie: "text neck", ou douleur du cou liée aux textos, et "text thumb injury", pour le pouce: l'utilisation intensive des portables et tablettes numériques cause des douleurs qui peuvent devenir invalidantes.

sms, danger, gsm, texto, tms, troubles musculo-squelettiques
"J'ai eu une patiente qui souffrait d'une inflammation des tendons du pouce, du fait de l'usage des touches du téléphone, au point de ne plus pouvoir utiliser sa main pendant des semaines", témoigne Tim Hutchful, de l'Association britannique des chiropracteurs, commanditaire d'un sondage sur le sujet.
L'usage des téléphones "intelligents", permettant de texter, surfer sur le net, twitter etc., est en plein essor: 44% des Britanniques utilisent leur téléphone pour d'autres usages que la parole pendant une demi-heure à deux heures par jour, selon un sondage You Gov (2.034 adultes britanniques interrogés du 19 au 21 septembre).


Or, "notre corps n'est pas fait pour fonctionner comme cela", constate Sammy Margo, membre de la Fédération britannique des kinésithérapeutes. Elle incrimine notamment "des touches trop petites, qui contraignent nos doigts à des efforts trop soutenus".

Lire la suite

16/11/2011

Des pilules pas sans danger

Une étude publiée dans le British Medical Journal (BJM) fait état d’un risque plus élevé de thrombose veineuse (ou phlébite) chez les femmes utilisant des contraceptifs oraux de troisième et quatrième génération. (plus d'infos sur femme en santé)

23/08/2011

Danger avec vos vêtements

Greenpeace vient d’annoncer, aujourd’hui, à Pékin, que des traces de substances chimiques toxiques susceptibles de porter atteinte aux organes de reproduction des êtres vivants ont été détectées dans des produits de quatorze grands fabricants de vêtements. (source: actualtés-news-environnement)

Parmi les marques mises en cause, on peut citer des grands noms comme : Adidas, Uniqlo, Calvin Klein, Li Ning, H&M, Abercrombie & Fitch, Lacoste, Converse et Ralph Lauren.

Pour prouver l’existence de ces produits toxiques, Greenpeace avait procédé à l’achat dans dix-huit pays, les échantillons de vêtements de ces marques, fabriqués notamment en Chine, au Vietnam, en Malaisie et aux Philippines.

Par la suite, l’ONG a soumis ces textiles à des analyses. Résultat : « Des éthoxylates de nonylphénol (NPE) ont été détectés dans deux tiers de ces échantillons », a déclaré dans une conférence de presse à Pékin Li Yifang, en présentant le rapport Dirty Laundry (linge sale)._MG_1113.jpg

Perturbateurs hormonaux, la plus grande partie des nonylphénols est utilisée pour produire des éthoxylates de nonylphénols, qui sont ensuite incorporés dans des formulations. Les éthoxylates de nonylphénols ne sont pas stables dans l’environnement et sont rapidement dégradés en nonylphénols. Pour cette raison, le bureau européen des substances chimiques a évalué conjointement les risques pour les nonylphénols et les éthoxylates de nonylphénols.

Ils sont fréquemment utilisés comme détergents dans de nombreux processus industriels et dans la production de textiles naturels et synthétiques. Déversés dans les égouts, ils se décomposent en nonylphénol (NP), un sous-produit très toxique, peut on lire dans un communiqué de presse.

À la suite de leur inscription comme substance dangereuse prioritaire, les nonylphénols et les éthoxylates de nonylphénols ont fait l’objet d’une interdiction d’emploi et de mise sur le marché pour les usages suivants (directive 2003/53/CE du 18 juin 20031) :

·         nettoyage industriel et institutionnel (sauf lorsque les liquides de nettoyage sont recyclés ou incinérés) ;

·         produits de nettoyage domestique ;

·         traitement des textiles et cuirs (sauf si certains traitements sont mis en place) ;

·         produits de traitement des trayons (médecine vétérinaire) ;

·         usinage des métaux (sauf lorsque les liquides de nettoyage sont recyclés ou incinérés) ;

·         fabrication de papier et de pâte à papier ;

·         produits cosmétiques et d’hygiène corporelle (sauf spermicides) ;

·         coformulants dans les pesticides et les biocides (les pesticides bénéficiant d’une autorisation nationale échappent à cette disposition jusqu’à expiration de leur autorisation). 

Pour rappel, le mois dernier, Greenpeace a rendu public "Dirty Laundry", un précédent rapport qui montrait comment les fournisseurs des grandes marques textiles empoisonnaient l'eau de certains fleuves chinois avec leurs rejets chimiques.

A la suite de cette publication, les marques Puma et Nike se sont engagées à éliminer de leurs processus de fabrication toute substance chimique toxique d'ici à 2020, contrairement à Adidas.

« Ce n'est pas seulement un problème pour les pays en développement où sont fabriqués les textiles, a insisté Li Yifang. Etant donné que des quantités résiduelles de NPE sont relâchées quand les vêtements sont lavés, ils s'insinuent dans des pays où leur usage est interdit ».(source: actualtés-news-environnement)