Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/06/2012

Le divorce de l'alcool et des boissons énergisantes

La question de la sécurité des boissonsénergisantes est suivie par l’Anses depuis de nombreuses années. L’Agence recueille, dans le cadre son dispositif de nutrivigilance, les effets indésirables suspectés d’être liés à la consommation de ces produits. Récemment, plusieurs cas lui ont été rapportés, notamment lors de consommation de ces boissons en association avec de l’alcool, dont deux cas mortels. (Plus d'infos sur Topic santé)
 
Saisie à plusieurs reprises dans le passé pour évaluer l'innocuité et l'intérêt nutritionnel de l'une de ces boissons, l'Agencea attiré l'attention sur le fait quecertainsmodes de consommation courants de ces boissons (activité sportive, consommation en mélange avec de l’alcool) pourraient être associés à des risques cardio-vasculaires lors d’exercices physiques intenses et à un perception amoindrie des effets liés à l’alcool.
Pour rappel, le terme « boissons énergisantes » n’est pas encadré réglementairement. Il regroupe des boissons censées « mobiliser l’énergie » en stimulant le système nerveux et contenant généralement des ingrédients supposés « stimulants » tels que taurine, caféine, guarana, ginseng, vitamines…  (Plus d'infos sur: Topic santé)

28/03/2012

On boit trop en Europe...

L'Europe est le continent où la consommation d'alcool est la plus élevée par habitant, indiquent dans un rapport l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Commission européenne.
Les Européens consomment en moyenne l'équivalent de 12,5 litres d'alcool pur par an, ce qui représente également près de trois verres de vin par jour.
Selon différentes enquêtes, près de 10% des Belges présentent une consommation d’alcool problématique.
L’alcoolisme n’est pas un phénomène marginal, il est présent dans toutes les couches de la population. D’un point de vue médical, on parle d’une conduite modérée face à l’alcool lorsqu’on ne dépasse pas 21 verres par semaine pour un homme, 14 verres pour une femme. Il va de soi qu’il vaut mieux de ne pas consommer cette quantité en une seule fois et qu’il est bon de respecter régulièrement une journée sans alcool par semaine


D'après Zsuzsanna Jakab, responsable de l'OMS pour la zone Europe, la consommation moyenne d'alcool en Europe est deux fois plus importante que la moyenne mondiale, ce qui a "des conséquences tangibles sur la santé des buveurs, sur leurs proches et sur la société".

Les différences de consommation sont importantes entre les régions du "vieux continent", l'Europe de l'Est affichant une moyenne de 14,5 litres d'alcool par an et par personne, devançant l'Europe de l'Ouest (12,4), l'Europe du Sud (11,2) et les pays nordiques (10,4).
L'étude montre toutefois de grandes différences dans sa consommation. Les Européens du Sud et de l'Ouest ont tendance à boire à des horaires fixes et réguliers (prise de vin lors des repas), tandis que les Européens de l'Est et les Scandinaves boivent de manière plus aléatoire, phénomène lié au "binge drinking" (alcoolisation rapide pour devenir saoul).

07:33 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alcool, europe |  Facebook | |  Imprimer

18/03/2012

Consommation d'alcool chez la personne âgée

A des âges différents, les hommes et les femmes peuvent avoir des problèmes de consommation d'alcool. Les personnes âgées pour lesquelles une difficulté liée à l’alcool se pose, sont davantage concernées par une consommation chronique ou aigue.

 

Le chapitre « seniors » du tableau de bord transfrontalier de la santé montre que dans les provinces wallonnes, environ 20% des hommes de 65 ans et plus et 10 % des femmes sont des consommateurs quotidiens de boissons alcoolisées (chiffres issus des enquêtes nationales de santé).

 

8,5% des hommes de cet âge et 4,1 % des femmes consomment respectivement plus de 22 et 15 verres par semaine en moyenne en 2008 en Wallonie. Par ailleurs, 11 % des hommes et 3 % des femmes déclarent aussi dans cette enquête consommer 6 verres ou plus d’alcool en une occasion au moins une fois par mois.

 

La ministre wallonne de la santé, Eliane Tillieux a fait le point sur cette question au Parlement wallon : "Un autre indicateur intéressant porte sur le nombre de décès par cirrhose. En 2006, dernière année disponible, 335 hommes et 162 femmes sont décédées des suites d’une cirrhose. Il est important de préciser que la cirrhose n’est pas toujours alcoolique, elle l’est dans 50 à 75% des cas. La cirrhose constitue, par contre, une grande cause de mortalité prématurée (avant 65 ans).

 

27/01/2012

Au volant, le sommeil tue !

Le sommeil tue plus que la vitesse sur les routes françaises. Il est ainsi responsable de 15 à 20 % des accidents sur l'ensemble du réseau routier. C'est ce que nous rapporte l'hôpital Raymond Poincaré de Garches, qui a mené une étude scientifique sur l'hypovigilance. Cette enquête a été financée par la " Fondation Vinci pour une conduite responsable ", fondation créée par Vinci afin d'améliorer la prévention des accidents de la route. (Plus d'infos sur femme en santé)IMG_0130.JPG

01/01/2012

Alcool et drogue: on vous surveille

L'Etat belge commencera cette année à répertorier l'ensemble des accros à l'alcool ou à la drogue qui suivent un traitement.

Une cinquantaine de centres, hôpitaux et institutions participent au projet mené pour la première fois au niveau national, ont indiqué mardi les quotidiens Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg.

On ne dispose pas de chiffres précis sur l'étendue de la dépendance à l'alcool et à la drogue, mais on estime, d'après les quotidiens, que la Belgique compte un demi million de personnes touchées par l'alcoolisme et environ 20.000 accros à la drogue.

L'Institut Scientifique pour la Santé Publique a mis au point un système national d'enregistrement. Toute personne qui entame un traitement reçoit depuis peu un questionnaire au sujet de son lieu de résidence, son niveau de formation, la fréquence de la consommation de drogue ou d'alcool.

La commission pour le respect de la vie privée a donné soin feu vert à la démarche. Les donnée à caractère personnel sont protégées.

05/09/2011

Cancer du sein : faites de l'exercice !

Plusieurs conclusions de récentes enquêtes révèlent les mêmes chiffres : une réduction du risque de 25 % de cancer du sein chez la femme par la prise en compte des facteurs modifiables tels que ­sédentarité, poids et alcool.  (Source: femmes en santé) femmes, santé, belgique, tabac, alcool

Pratiquer trois heures par semaine une ­activité physique : marche rapide, vélo, gymnastique douce, natation… 2. Consommer le moins possible de graisses saturées, éviter les plats en sauce, ceux provenant de l’industrie alimentaire, les sucres rapides. Limiter la viande rouge à 300 grammes par semaine. Favoriser les aliments riches en fibres (brocolis, choux-fleurs, etc.) qui, en accélérant le transit intestinal, éliminent les résidus potentiellement cancérigènes. Privilégier les poissons riches en oméga 3 : thon, morue, sardines, etc. 3. Eliminer tabac et alcool. (source: Paris Match)

22/01/2010

Alcool trop accessible aux jeunes

Test-Achats a envoyé des ados de 14 à 16 ans dans 129 points de vente : l’alcool leur était accessible dans 87% des cas. Une loi non respectée et un marketing ahurissant, tels sont les constats de Test-Achats …Les mineurs d’âge accèdent trop facilement à l’alcool. Cela ressort d’une enquête du Test Santé, le magazine santé de Test-Achats, publiée dans le numéro de février. L’organisation de consommateurs a envoyé des clients « mystère » âgés de 14 et 16 ans dans 129 supermarchés et magasins de nuit, avec pour mission d’acheter un alcopop et une bouteille de vodka. Les clients « mystère » de 14 ans ont réussi leur mission dans 85 % des cas, ceux âgés de 16 ans ont reçu leur bouteille de vodka dans 90 % des magasins visités. Un constat pour le moins déconcertant à la lumière de la nouvelle loi qui a été publiée au début du mois de janvier. Celle-ci prévoit que bière et vin ne peuvent plus être vendus à des jeunes de moins de 16 ans, et par ailleurs comme on le sait depuis longtemps, que les boissons fortement alcoolisées ne peuvent pas être vendues à des jeunes de moins de 18 ans. Mais dans la pratique, c’est le contraire. Dans à peine 15 % des cas, on a pu constater une faible résistance de la part du vendeur, suite à quoi encore la moitié donnait la boisson en question. Dans 10 cafés bruxellois, personne ne semblait disposé à refuser une kriek à une jeune fille de 14 ans. Test-Achats ne veut pas jeter la pierre aux seuls marchands et exploitants de café. L’organisation se plaint aussi du rôle joué par le marketing qui, surtout via internet, attire le jeune vers l’alcool via des petits films, des jeux, de la musique ou des trucs et ficelles pour mélanger ses propres boissons.

23:27 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alcool, sexe, santé |  Facebook | |  Imprimer

10/01/2010

Le 16 janvier, près de 400 urgentistes du pays se réuniront

Le 16 janvier prochain, près de 400 urgentistes du pays se réuniront aux Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL à Bruxelles) pour débattre de la médecine d’urgence. Comment améliorer la prise en charge des patients et quel avenir pour cette jeune
spécialité en plein essor seront deux questions centrales abordées lors de ce symposium.
Cet événement national est une première du genre. Pour cette première rencontre nationale, la Société Belge de Médecine d’Urgence
(BESEDIM) a choisi pour thème « Les médecins belges au coeur de l’urgence: rencontre nationale ». Les défis d’avenir pour la médecine d’urgence sont en effet majeurs : acquérir les meilleures connaissances dans le diagnostic et le traitement des patients, stimuler une
recherche nationale de qualité, parfaire les gestes techniques, gérer le flux croissant de patients, etc. Par ailleurs, au sein des services d’urgence, le travail de formation et d’amélioration des procédures est intense. Avec toujours pour objectif : améliorer la qualité
de la médecine d’urgence.
Ces différents thèmes seront abordés tout au long du symposium à travers des sessions plénières, des ateliers pratiques et des tables rondes.
L’événement est d’importance puisqu’il s’agit du tout premier congrès rassemblant les urgentistes belges francophones et néerlandophones. Ce congrès se veut rassembleur et fédérateur des médecins de l’urgence en Belgique.
Au programme : six conférences d’experts (avec traduction simultanée des exposés) et quinze ateliers interactifs, soit 40 orateurs et modérateurs belges sollicités parmi le monde des urgences du pays.
Le congrès s’achèvera par une table ronde autour de l’avenir de l’enseignement et de la recherche en médecine d’urgence en Belgique.
La Société Belge de Médecine d’Urgence (BESEDIM) est présidée par le Pr Franck Verschuren, urgentiste aux Cliniques universitaires Saint-Luc.
«Les médecins belges au coeur de l’urgence: rencontre nationale» Premier symposium national organisé par la Société Belge de
Médecine d’Urgence (BESEDIM). Toutes les informations concernant le congrès se trouvent sur le site
www.besedim2010.be

 

 

06/01/2010

209 223 personnes ont été contaminées

Sur un total de 5569 consultations de patients s’étant présentéschez leur médecin avec un état grippal, l’extrapolation del’Institut scientifique de Santé publique a livré 1392 nouveauxcas de grippe A/H1N1 pour les deux dernières semaines. Le suivi effectué par les médecins vigies indique donc encore pource début d’année une baisse du nombre de nouveaux cas de grippedans notre pays. Le nombre de cas reste sous le seuil épidémique.Néanmoins, une reprise de l’épidémie avec une nouvelle vague decas de grippe reste possible. L’absentéisme au travail connaitégalement une tendance à la baisse ainsi que le nombred’admissions hospitalières. Le nombre de personnes contaminées dans notre pays par la grippeA/H1N1 reste relativement limité et l’épidémie n’a pas eu, àce jour, d’impact significatif sur la population. Depuis le début de la pandémie A/H1N1 fin avril, 209 223 personnesont été contaminées dans notre pays. Les informationsépidémiologiques concernant la grippe dans notre pays se trouventsur le site de l’Institut scientifique de Santé publique àl’adresse suivante : http://www.iph.fgov.be/flu/. Actuellement, 17 décès attribués à des complications liées àune infection grippale ont été notifiés au Commissariatinterministériel Influenza. La présence de la grippe A/H1N1 n'a pasd’impact significatif sur le taux de mortalité. Les décès notifiés sont tous dus à la maladie et n’ont aucunlien avec des effets secondaires du vaccin. Le Commissariat rappelledonc l’importance de la vaccination pour les personnes auxquelleselle est recommandée, qui ont toujours la possibilité de se fairevacciner chez leur médecin. Durant ces dernières semaines, ce sont plus de 2 millions de dosesde vaccins qui ont été livrées aux médecins généralistes et auxinstitutions de soins, via les pharmaciens. L’offre suit partout lademande. L’enregistrement obligatoire des vaccinations reste plus lent quela vaccination même. Actuellement,700 650 vaccinations ont étéenregistrées dans le système électronique alors que l’informationcollectée sur le terrain permet d’avancer une estimation de 1 500000 à 2 000 000 de Belges vaccinés. Le Commissariat interministériel Influenza souhaite insister unefois de plus sur le poids de l’enregistrement des vaccinations parles médecins. Dans le cadre de la pharmacovigilance, unenregistrement complet est essentiel pour la protection de lapopulation. Toutes les informations concernant la campagne de vaccination setrouvent sur le site www.influenza.be

 

10/12/2009

Le montant des factures d'hôpitaux diminue, pas les suppléments d'honoraires

Le montant des factures pour un séjour a diminué en moyenne de 4% en 2008 mais les suppléments d'honoraires de médecins ont tendance à augmenter, selon la 5e étude consécutive portant sur les coûts à charge des membres de la Mutualité Chrétienne (MC), présentée jeudi, lors d'une conférence de presse. Selon la MC, la facture pour un patient résidant en chambre double (80% des cas d'hospitalisations) est "sous contrôle" et a même un peu baissé en 2008.
Toutefois, des hôpitaux continuent de facturer des suppléments d'honoraires et sept hôpitaux concentrent 80% de ces suppléments d'honoraires. Selon la MC, les suppléments d'honoraires en chambre double sont les plus élevés à l'hôpital E. Cavell (Bruxelles), le CHC St Vincent Ste-Elisabeth (Liège) et la Clinique Ste Anne-St Rémi (Bruxelles).
"La MC demande davantage de clarté sur cette situation. Elle continue donc à défendre l'idée de lier une partie du budget des moyens financiers des hôpitaux à l'absence de suppléments d'honoraires dans ces types de chambre (double)", explique la MC.
Pour la Mutualité Chrétienne, le risque le plus important pour le patient d'avoir une facture élevée est d'opter pour une chambre individuelle.
Le deuxième risque d'une facture élevée pour le patient est la nécessité, lors d'un traitement, d'avoir recours à des implants ou à des dispositifs médicaux invasifs. "Dans ce cas, la MC demande que les budgets prévus par l'INAMI soient effectivement utilisés en vue d'améliorer le remboursement", souligne la MC. (BELGA)