Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/09/2011

Fracture de la hanche: un risque de mourir !

Les femmes qui se fracturent la hanche entre 65 et 69 ans ont cinq fois plus de risque de mourir dans l'année qui suit que leurs semblables, en raison entre autres des complications post-opératoires, révèle une étude américaine.
Ce risque double pour les femmes âgées de 70 à 79 ans et triple pour les femmes de plus de 80 ans, explique cette étude financée par l'Institut national américain de la Santé et publiée dans les Archives de la médecine interne.centre de référence de santé mentale, femme, hanches, hospitalisation, médecine, opération, ostéoporose, sexe
(plus d'infos sur femmeensanté)

25/09/2011

Les oreilles des profs en danger !

Plus les profs crient sur leurs élèves, plus ces derniers hurleront. Les profs devraient donc, et ce, dans leur intérêt, baisser d’un ton. C’est l’une des leçons d’une étude menée par l’Idewe dans plusieurs établissements scolaires du Brabant flamand, visant à mesurer l’impact du bruit des écoliers sur les oreilles de leurs enseignants. (source.dh.be)

Conclusion : les profs, tout comme les enfants d’ailleurs, sont exposés à des niveaux sonores nuisibles. Pour en arriver à ce constat, les spécialistes de l’Idewe, le service externe de prévention et de protection au travail, ont mesuré le bruit et la résonance produits dans huit écoles. Les impacts de ceux-ci sur l’audition ont été observés chez 37 enseignants, dont 30 en maternelle et sept profs de sport. images20417074.jpg

C’est dans les cours de récréation et les salles de sport que le seuil nuisible fut le plus largement dépassé. “Le seuil nuisible est de 85 décibels. Dans la salle de sport d’une des écoles soumises à notre test, le pic maximum mesuré était de 127 décibels, ce qui correspond au bruit d’un chasseur à réaction au démarrage”, compare le coordinateur de cette étude, Dr Lode Godderis.

Pour ce qui est de la résonance, les spécialistes ont également constaté qu’excepté dans les classes, elle dépassait partout le seuil limite, et ce, particulièrement dans les salles de sport de ces écoles.

Parmi les profs interrogés, plus de 40 % ont déclaré avoir occasionnellement, voire souvent, des problèmes d’audition dans un environnement bruyant.

Notons que, chez nos voisins néerlandais, un professeur vient de porter plainte contre son établissement scolaire pour ses soucis auditifs. À Bruges, le voisin d’une crèche a attaqué cette dernière devant la justice pour les nuisances sonores que les enfants engendraient.

Selon le professeur Godderis, pour éviter que cette problématique ne prenne davantage d’ampleur à l’avenir, il est grand temps pour les écoles de prendre plusieurs mesures contre cette surexposition au bruit. “Il faut isoler les locaux, réorganiser la disposition des salles de sport en les divisant en trois parties afin de laisser celle du centre libre pour diminuer les décibels. Et puis, il faut aussi que les enseignants apprennent à s’exprimer moins fort et, du coup, les enfants ne crieront plus autant”, assure le Dr Lode Godderis

18/09/2011

Contrôle de la santé de votre assiette

Selon le rapport annuel de l'AFSCA, 64.444 échantillons d'analyses ont été prélevés l'année passée dans les différents secteurs de la chaîne alimentaire. Un peu plus de 99% ont donc été certifiés conformes. Par ailleurs, en 2010, 154.836 inspections ont été initiées, soit le double par rapport à 2006: ici aussi les résultats sont encourageants avec 96,7% de conformité, dans différents domaines tels que la traçabilité, la qualité des infrastructures, la gestion des déchets, ou encore le bien-être animal.crioc, pizza, repas, santé, afsca, horeca

"Ces excellents résultats prouvent que la chaîne alimentaire du pays est très sûre. L'agence a montré, lors de la gestion de la crise de la bactérie E-coli, qu'elle est en mesure de réagir très rapidement. Nous avons les moyens de remonter très vite à la source d'une contamination, et notre pays remplissait les conditions pour la réexportation de viandes dès la levée de l'embargo russe"

, a indiqué Gil Houins, l'administrateur délégué de l'agence fédérale, venant confirmer les propos de sa ministre de tutelle.

En revanche, nous l'avons souligné, les résultats dans l'horeca sont clairement moins enthousiastes : l'AFSCA a en effet saisi (et détruit) cinq fois plus de denrées alimentaires dans l'horeca en 2010, soit 42 tonnes contre 8 tonnes en 2009 !

Pour expliquer cette hausse spectaculaire, il faut toutefois préciser que les contrôles horeca ont augmenté de 50% l'année passée, et on a recensé un plus grand nombre de denrées diverses saisies, comme l'eau minérale par exemple, qui pèse lourd dans le décompte final. Parmi les produits saisis, on compte néanmoins cinq tonnes de viande, cinq tonnes de poissons, plus de deux tonnes de produits de boulangerie, deux tonnes de fruits et 27 tonnes de denrées diverses. L'AFSCA a également ordonné en 2010 la fermeture temporaire de 72 entreprises, contre 84 en 2009, et adressé 6.038 avertissements, contre 5.573 en 2009. Les températures dans les frigos ont été certifiées non-conformes dans 10% des contrôles effectués.

Les pizzerias et les snacks

 

Sur 2.828 contrôles effectués dans les restaurants, 57,5% ont été jugés défavorables par rapport à l'infrastructure et l'hygiène de l'établissement. Les pizzerias et les vendeurs de pitas sont également pointés du doigt : 62,4% de contrôles défavorables sur 253 inspections dans les pizzerias, et 67,6% de contrôles défavorables sur 278 visites chez les vendeurs de pitas, d'ailleurs régulièrement dénoncés d'année en année.

La situation la plus négative reste… dans le milieu carcéral, avec 87,5% d'inspections défavorables pour seulement 8 contrôles opérés en prison. De nombreux autres secteurs de restauration collective, comme les hôpitaux, les écoles et les crèches, récoltent environ 40% de contrôles défavorables.

"L'AFSCA travaille en étroite collaboration avec les fédérations Horeca pour améliorer cette situation"

, a conclu Gil Houins, administrateur délégué.

Le CRIOC en profite pour rappeler sa position au sujet du Smiley, qui ne rencontre actuellement qu'un succès mitigé auprès du secteur : étiqueter les bons élèves au moyen d'un label est absurde, là où des efforts concrets seraient plus rapidement faits si les mauvais élèves étaient pointés du doigt comme mettant en danger la santé des consommateurs.

Les amendes perçues, enfin, ont atteint les 2 millions d'euros au total, pour tous les types d'inspections confondus.

Pour mémoire, l'AFSCA, qui vient de fêter ses dix ans, a été créée au lendemain de la crise de la dioxine. Ses objectifs étaient clairs, pour le premier ministre de l'époque, Guy Verhofstadt: "Une agence fédérale qui sera responsable de l'inspection pour le contrôle de la chaîne alimentaire." Le CRIOC l'encourage maintenant à communiquer encore plus, et sur des sujets plus larges, tels que les dernières études publiées dans les matières qui la concernent.

 

 

12/09/2011

Les causes de décès !

 Alors qu'un peu plus de 100.000 personnes meurent chaque année en Belgique, dont une grande majorité (93,7%) de mort naturelle, 6,3% succombent à une mort non naturelle. (source: femmeensanté)

Le pourcentage le plus élevé de décès dus à des causes non naturelles est enregistré en Région wallonne (7,4%) et le plus faible en Région flamande (5,5%), tandis que la Région bruxelloise se situe entre les deux, avec un taux de 6,9%. C'est ce qu'indiquent des données publiées mardi par la Direction générale Statistique du SPF Economie. Par mort non naturelle, il faut comprendre les suicides, accidents de la route, chutes, noyades, abus de drogues, meurtres et décès dans des incendies ou des explosions par exemple.IMG_0130.JPG

Jusqu'au groupe d'âge entre 75 et 79 ans, il décède davantage d'hommes que de femmes. Ensuite, entre 80 à 84 ans, c'est l'inverse. La différence entre les sexes est la plus faible entre 10 et 14 ans et la plus élevée entre 20 et 24 ans.

Chez les hommes, le cancer est la principale cause de décès (31%), suivi par les maladies cardiovasculaires (30%) et les maladies du système respiratoire (12%). Viennent ensuite les causes externes (suicides, accidents de la circulation...) qui représentent 8% des causes de décès chez les hommes et les maladies du système digestif (4%). Les femmes meurent le plus souvent de maladies cardiovasculaires (36%), de cancer (23%) et de maladies du système respiratoire (10%).

Les causes externes et les maladies du système digestif représentent toutes deux 5% des causes de décès chez les femmes.

09/09/2011

Vignette de vaccination: c'est la fin !

Chaque année de nombreuses mamans ou papas perdent les vignettes de vaccinations. Une bonne nouvelle, cela va changer ! C'est le Journal du Médecin qui l'annonce. La ministre de la santé de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Fadila Laanan,  détaille l’ensemble des nouveautés. La première sera administrative avec l’abandon progressif des vignettes de vaccination.
Pourquoi avez-vous décidé un tel changement ?
« Depuis de très nombreuses années, les vaccinateurs commandent les vaccins via un système de vignettes.  C’est un système qui doit être revu depuis longtemps car il est peu pratique et dépassé : le système papier est obsolète par rapport à l’essor informatique. Jusqu’à présent, un système électronique de commande de vaccins n’a jamais pu être mis en place en Fédération Wallonie-Bruxelles car il nécessite –au-delà de la participation de tous les vaccinateurs- une informatisation de tous les vaccinateurs, un système informatique centralisé, un partage des données et des accès aux bases de données.  Cette année scolaire 2011-2012 sera consacrée à la mise en place de ce projet ambitieux. » (plus d'infos sur femmeensanté)
 

Cela va-t-il changer quelque chose pour le médecin ?
« Il s’agira d’un programme informatique qui permettra de gérer les commandes, les stocks, d’initier les commandes et de générer la base de données « vaccinations » qui se remplira progressivement.  En pratique, chaque vaccinateur (médecin ou institution) pourrait dès lors se connecter au système via sa carte d’identité électronique et serait ensuite identifié comme utilisateur autorisé par la plateforme e-health, qui lui donnerait alors accès à ce système informatisé. »

02/09/2011

Être payée pour allaiter !

"J’avais calculé que chaque biberon de lait tiré dans les toilettes de mon entreprise me coûtait 12 francs sur mon salaire de 34 francs l’heure», raconte, dépitée, une Genevoise de 29 ans. C’est la seule femme en Suisse qui soit allée jusqu’aux prud’hommes pour pointer une lacune législative de taille: si l’ordonnance de la loi sur le travail prévoit que «l’intégralité du temps consacré à l’allaitement est réputée temps de travail lorsque la travailleuse allaite son enfant dans l’entreprise» (art. 35 a), et moitié moins si l’allaitement a lieu à l’extérieur (art 35 b), rien n’oblige néanmoins à rémunérer ce laps de temps. Or, c’est précisément ce flou-là qui doit être levé pour que la Suisse puisse ratifier la Convention sur la protection de la maternité de l’Organisation internationale du travail (OIT). Si la procédure de consultation s’achève actuellement, les Chambres ne se prononceront pas, elles, avant des mois. (source: femme en santé)imagesCA2YF7NK.jpg

L’enjeu? Une poignée de francs. «Je me suis absentée deux fois vingt minutes par jour durant trois ou quatre mois. Je devais pointer mes pauses. Mon employeur a systématiquement défalqué de mon salaire ces 40 minutes quotidiennes.» En l’occurrence, sur son salaire à temps partiel (60%), cela représente 170 francs mensuels durant trois ou quatre mois. Son employeur, une filiale de la SSR, a dû dépenser bien davantage en engageant une pointure pour avocat. ( source:  tribune de Genève)

30/08/2011

3 femmes sur 4 souffrent de perte de cheveux

La chute des cheveux est un problème typiquement masculin. Or, 3 femmes sur 4 souffrent aussi d'alopécie. Si les dermatologues ne cernent pas encore bien toutes les origines de ces chutes, ils disposent de thérapies très valables. «On perd de 40 à 100 cheveux par jour», explique Stéphane Fauverghe, médecin et chef de produits aux Laboratoires dermatologiques Ducray. Toutefois, chaque cheveu qui tombe est remplacé naturellement par un nouveau dans les mois qui suivent. En perdre plus de 100 par jour, en revanche, est anormal. (plus d'infos sur femmeensanté)cheveux, dermatologues

29/08/2011

9,9% des conducteurs gravement blessés se sont avérés positifs au cannabis

 Parmi les conducteurs gravement blessés à la suite d'un accident de la route, les Belges sont les plus nombreux à avoir trop d'alcool ou de cannabis dans le sang, ressort-il d'un étude européenne de grande ampleur rapportée lundi par De Standaard et Het Nieuwsblad.

Pour l'enquête DRUID (Driving under the influence of drugs, alcohol and medicines) commandée par la Commission européenne, les hôpitaux ont comparé 2.500 échantillons sanguins provenant de six pays européens: Belgique, Pays-Bas, Italie, Danemark, Finlande et Lituanie.Chrysanthemum.jpg

Les blessés graves belges sont ceux qui présentent le plus de traces d'alcool dans le sang. Ainsi, 38% ont plus que les 0,5 gramme d'alcool par litre de sang autorisé. Plus précisément au niveau des hommes, un sur deux a même été testé positif. La moyenne belge se situe à 1,6, soit sept bières, ce qui n'est en fait pas plus élevé que dans les autres pays.

"Cette enquête ne veut pas dire que les Belges sont les plus gros buveurs mais
que l'alcool semble être un facteur de risque, sur la route, plus important que dans les autres pays", explique le coordinateur de l'étude, le professeur en toxicologie Alain Verstraete (UGent).

Il en est de même pour le cannabis. En Belgique, 9,9% des conducteurs gravement blessés se sont avérés positifs au cannabis, contre 1,6% au Pays-Bas.

"Cette étude démontre que nous devons être plus stricts", a réagi le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe (CD&V). "Il est temps de nous demander si les amendes ne devraient pas être revues à la hausse".

20/08/2011

La TV vous tue plus vite !

Passer six heures par jour assis devant la télévision réduit la durée de vie de 5 ans, indique une étude publiée dans la revue scientifique the British Journal of Sports Medicine. Une récente étude australienne montre que la télévision diminue l'espérance de vie de celui qui la regarde. L'absence d'effort physique et la solitude en seraient les causes. (plus d'infos sur femmeensanté)012.JPG
Les études menées sur la réduction d’espérance de vie liée au tabagisme ont effectivement montré qu’un fumeur de plus de 50 ans perd 4 années de vie en continuant à fumer. On estime qu’une cigarette coûte 11 minutes de vie c’est à dire une demi-heure de télévision.

Cette démonstration “suggère qu’une perte conséquente d’espérance de vie est associée à la télévision” écrivent les auteurs”, ajoutant que ces données évaluées chez les Australiens, sont valables chez tous les habitants des autres pays industrialisés soumis au même mode de vie.

11/08/2011

La pilule fait-elle vraiment grossir?

La pilule contraceptive soulève de nombreuses questions. Parmi celles-ci, la prise de poids est sans doute la plus souvent posée. Aujourd’hui encore, nombreuses sont les femmes (et plus particulièrement les adolescentes) qui hésitent à prendre la pilule de peur de grossir. 20 % des femmes qui décident d’arrêter de la prendre déclarent même le faire en raison de cette prise de poids. Qu’en est-il exactement ? (source: femme en santé)piluls, santé, femme, mithra, poids, grossir
Au cours des 20 dernières années, près de 600 études ont analysé les effets des contraceptifs oraux combinant un œstrogène et un progestatif (ce que l’on appelle généralement « pilule ») sur la prise de poids. Leurs résultats sont on ne peut plus clairs : utilisatrices de pilules faiblement ou moyennement dosées et non utilisatrices connaissent exactement les mêmes variations de poids !
Plus précisément, dans 70 % des cas, la prise de pilule n’a aucune influence sur l’indice de poids corporel, la masse grasse, l’eau contenue dans l’organisme et la composition corporelle. On observe également que 15 % des utilisatrices enregistrent une prise de poids d’environ 2 kg en un an, tandis que les 15 % restant perdent quelque 2 kg. Ces pourcentages sont parfaitement identiques à ceux observés chez les femmes ne prenant pas la pilule pendant un an. (source: femme en santé)