Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

06/03/2012

La grippe s'attaque aux hommes

En France, les médecins viennent de remarquer que la grippe s'attaque plus aux hommes qu'aux femmes. Le docteur Nicolas Evrard de Santé AZ : "On sait que les femmes se préoccupent davantage de leur santé que les hommes. A ma connaissance, aucune enquête spécifique n’a été menée sur cette question, mais on peut imaginer qu’elles sont plus nombreuses à se faire vacciner". Mais ce n'est peut-être pas la seule raison. Plus d'infos sur Topic santé.

11:43 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : grippe, rhume, santé |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

« […] on peut imaginer qu’elles sont plus nombreuses à se faire vacciner », lit-on ici.

Voilà de quoi booster encore ce qui reste une croyance et pire dogmatique lorsqu’elle est assénée par le corps médical et les (serviles) médias en fidèles perroquets.

Ce qui est en revanche une certitude absolue (délibérément occultée par les médias, cherchez donc l’erreur !), c’est ce que le Sénat français avait déjà acté en 2007, en commission de la santé :

« Le député qui présidait une table ronde sur la vaccination en France, le 6 juin dernier [2007] au Sénat, estime "qu'il n'existe pas de preuve scientifique sur l'utilité des vaccins". ». Ce seul constat aurait dû alors faire adopter par la France une attitude plus cohérente, mais on est loin du compte !
(Cf. http://www.senat.fr/bulletin/20070604/sante.html ; lire cette pertinente analyse faite par AGORAVOX qui en reprend l'info : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=31102 )

Le député en question n'est autre que le Dr Jean-Michel Dubernard, chirurgien réputé et membre du collège de la « Haute Autorité de Santé » (depuis 2008) (plus de détails sur lui : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Michel_Dubernard).
Dans un riche dossier de la revue Nexus (septembre-octobre 2009), reprenant sous le titre "Pas de preuve scientifique" cette constatation, on ajoute : "mais personne ne semble l'avoir entendu."

La désinformation qui sert aux intérêts des lobbies pharmaco-industriels a encore de très beaux jours devant elle et ce n'est pas la tonne de dérives sanitaires qui semble mettre quelque frein à ces collusions.

Pour ne pas mourir idiot, surfez sur le site de « Initiative citoyenne » où vous pourrez prendre connaissance d’informations cette fois pertinentes (http://www.initiativecitoyenne.be/) :

« L'article du Geneesmiddelenbulletin conclut qu'il n'y a pas de preuves valables issues d'études randomisées ou de méta-analyses attestant que la vaccination annuelle contre la grippe chez les personnes âgées et les patients à risque soit efficace. Les auteurs d'une méta-analyse publiée récemment dans The Lancet Infectious Diseases arrivent à la même conclusion." »
[…]

« Mais nos bons experts, enseignants universitaires ou autres membres d'instituts officiels, continuent encore en affirmant ensuite que "Chez certains patients (vaccinés donc), l'apparition de ces mutants se traduira sans doute par une grippe atténuée."
Oui, cela n'est pas un scoop, nombreux étant les patients qui ont définitivement cessé de se faire vacciner après avoir subi la première vaccination antigrippale de leur vie et être tombés malades comme jamais ils ne l'ont été au cours de leur existence.

La grosse omission coupable ici consiste en fait à faire passer ce genre de situation comme anecdotique et exceptionnelle au vu de cette mutation annuelle-ci alors qu'il est en fait très fréquent que le "vogelpiek" des grands experts de l'OMS pour la sélection annuelle des souches vaccinales échoue d'une part, et que d'autre part, il est très fréquent que les patients vaccinés, même avec les bonnes souches, contractent cependant une grippe en bonne et due forme.

Pourquoi : parce qu'une vaccination quelle qu'elle soit sape et affaiblit le système immunitaire ainsi court-circuité. Le sujet vacciné est donc bien plus susceptible en post-vaccination de contracter toutes sortes d'infections microbiennes diverses et variées, qu'il s'agisse d'infections virales ou bactériennes que s'il n'avait pas été vacciné. »

Écrit par : Baudouin Labrique | 07/03/2012

« […] on peut imaginer qu’elles sont plus nombreuses à se faire vacciner », lit-on ici.

Voilà de quoi booster encore ce qui reste une croyance et pire dogmatique lorsqu’elle est assénée par le corps médical et les (serviles) médias en fidèles perroquets.

Ce qui est en revanche une certitude absolue (délibérément occultée par les médias, cherchez donc l’erreur !), c’est ce que le Sénat français avait déjà acté en 2007, en commission de la santé :

« Le député qui présidait une table ronde sur la vaccination en France, le 6 juin dernier [2007] au Sénat, estime "qu'il n'existe pas de preuve scientifique sur l'utilité des vaccins". ». Ce seul constat aurait dû alors faire adopter par la France une attitude plus cohérente, mais on est loin du compte !
(Cf. http://www.senat.fr/bulletin/20070604/sante.html ; lire cette pertinente analyse faite par AGORAVOX qui en reprend l'info : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=31102 )

Le député en question n'est autre que le Dr Jean-Michel Dubernard, chirurgien réputé et membre du collège de la « Haute Autorité de Santé » (depuis 2008) (plus de détails sur lui : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Michel_Dubernard).
Dans un riche dossier de la revue Nexus (septembre-octobre 2009), reprenant sous le titre "Pas de preuve scientifique" cette constatation, on ajoute : "mais personne ne semble l'avoir entendu."

La désinformation qui sert aux intérêts des lobbies pharmaco-industriels a encore de très beaux jours devant elle et ce n'est pas la tonne de dérives sanitaires qui semble mettre quelque frein à ces collusions.

Pour ne pas mourir idiot, surfez sur le site de « Initiative citoyenne » où vous pourrez prendre connaissance d’informations cette fois pertinentes (http://www.initiativecitoyenne.be/) :

« L'article du Geneesmiddelenbulletin conclut qu'il n'y a pas de preuves valables issues d'études randomisées ou de méta-analyses attestant que la vaccination annuelle contre la grippe chez les personnes âgées et les patients à risque soit efficace. Les auteurs d'une méta-analyse publiée récemment dans The Lancet Infectious Diseases arrivent à la même conclusion." »
[…]

« Mais nos bons experts, enseignants universitaires ou autres membres d'instituts officiels, continuent encore en affirmant ensuite que "Chez certains patients (vaccinés donc), l'apparition de ces mutants se traduira sans doute par une grippe atténuée."
Oui, cela n'est pas un scoop, nombreux étant les patients qui ont définitivement cessé de se faire vacciner après avoir subi la première vaccination antigrippale de leur vie et être tombés malades comme jamais ils ne l'ont été au cours de leur existence.
La grosse omission coupable ici consiste en fait à faire passer ce genre de situation comme anecdotique et exceptionnelle au vu de cette mutation annuelle-ci alors qu'il est en fait très fréquent que le "vogelpiek" des grands experts de l'OMS pour la sélection annuelle des souches vaccinales échoue d'une part, et que d'autre part, il est très fréquent que les patients vaccinés, même avec les bonnes souches, contractent cependant une grippe en bonne et due forme.

Pourquoi : parce qu'une vaccination quelle qu'elle soit sape et affaiblit le système immunitaire ainsi court-circuité. Le sujet vacciné est donc bien plus susceptible en post-vaccination de contracter toutes sortes d'infections microbiennes diverses et variées, qu'il s'agisse d'infections virales ou bactériennes que s'il n'avait pas été vacciné. »

Écrit par : Baudouin Labrique | 07/03/2012

Les commentaires sont fermés.