Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/09/2011

Sauvez votre coeur !

À l’occasion de la 32ième édition de la Semaine du Cœur 2011, qui aura lieu du lundi 26 septembre au dimanche 2 octobre 2011, et dont le thème sera l’infarctus du myocarde, la Ligue a effectué une enquête auprès de la population belge afin de connaître leur perception et leurs connaissances face à cette affection qui touche 15.000 Belges par an.

 

Voici les principales conclusions de cette enquête :

·         L’infarctus est une maladie à laquelle les Belges sont souvent confrontés : quasi l’entièreté - 97% - de la population connaît une personne de son entourage ayant été touchée par un infarctus ;

·         La majorité des Belges reconnaît deux symptômes typiques : une douleur qui serre dans la poitrine et une douleur dans le bras gauche. Mais la durée, les symptômes généraux (malaise, transpiration abondante et la crise d’angoisse), les irradiations et les douleurs atypiques sont nettement moins bien connues.

·         Les Belges semblent avoir le bon réflexe et agir rapidement dès les premiers symptômes: en présence d’une personne faisant un infarctus du myocarde, la grande majorité des Belges appellerait le 112. Environ la moitié estime également qu’il est nécessaire d’être pris en charge moins d’une heure après les premiers symptômes d’un infarctus. Conclusion : les Belges prennent cela au sérieux et feraient écouler le moins de temps possible entre les symptômes et la prise en charge hospitalière. Une bonne nouvelle !

·         Les Belges connaissent assez mal les facteurs de risque liés à l’infarctus.

Une maladie qui concerne tout le mondeimages2516451.jpg

L’infarctus du myocarde est une maladie à laquelle les Belges sont régulièrement confrontés. Lors de l’enquête, plus de trois Belges sur cinq (66% des répondants) ont indiqués connaître une personne de leur entourage ayant eu un infarctus et près d’un tiers (31% des répondants) ont mentionné qu’une personne de leur famille en avait été victime.

 

Dr Freddy Van de Casseye, directeur général de la Ligue Cardiologique Belge explique : « La majorité de la population est consciente qu’il existe des signaux d’alarme signalant un infarctus du myocarde. Une douleur qui serre dans la poitrine et une douleur dans le bras gauche sont des signaux bien connus de la population belge. Mais l’enquête nous a appris que d’autres signaux ne sont pas du tout connus comme la transpiration abondante ou la crise d’angoisse. » En effet, lors de l’enquête, la grande majorité des répondants ont identifiés la douleur qui serre dans la poitrine (88%) et la douleur dans le bras gauche (78%) comme signaux d’alarme d’un infarctus du myocarde. La principale caractéristique d’un infarctus est en effet une sensation douloureuse, oppressante dans la poitrine qui dure plus de 20 minutes ou qui, au cours d’une heure, survient deux fois ou plus. Parfois, mais pas toujours, cette douleur irradie également vers les épaules, le bras (gauche), le cou, le menton, la mâchoire ou même les dents. Mais la durée, les symptômes généraux (malaise, transpiration abondante et la crise d’angoisse), les irradiations et les douleurs atypiques sont nettement moins bien connues.  Par exemple, lors de l’enquête, peu de répondants mentionnent la transpiration abondante et la crise d’angoisse (respectivement 40 et 13%). Ceux-ci sont pourtant des signaux d’alarme d’un infarctus du myocarde. Dr Freddy Van de Casseye poursuit : « Reconnaître ces signaux d’alarme est essentiel car c’est ce qui permet de tirer la sonnette d’alarme à temps, et de mettre en route le processus de prise en charge médicale. Au plus tôt le patient arrivera à l’hôpital, au plus ses chances de survie seront élevées. » Malheureusement, le plus grand pourcentage de décès survient encore dans le laps de temps qui précède l’arrivée du patient à l’hôpital.

 


Les Belges semblent bien informés quant aux mesures à prendre : ils sont 73% à indiquer qu’il faut appeler le 112 en premier lieu. Selon l’enquête, près de la moitié des Belges (49%) pensent qu’il faut réagir en moins d’une heure. Dr Freddy Van de Casseye, directeur général de la Ligue Cardiologique Belge commente ces résultats : « C’est plutôt une  bonne nouvelle de voir que les Belges pensent qu’il faille réagir en moins d’une heure dès les premiers symptômes. Dans ce genre de situation, chaque minute compte et au plus tôt l’on peut traiter le patient, au plus il aura de chances de s’en sortir. Trop souvent, l’on pense que les symptômes ne sont pas liés à un infarctus et qu’un peu de repos les fera passer. Pendant ce temps, de précieuses minutes peuvent s’écouler. » À la moindre suspicion d’infarctus, un seul geste prévaut : appeler le 112.

 

 

Facteurs de risque méconnus

Les Belges connaissent assez mal les facteurs de risque liés à l’infarctus. En effet, lors de l’enquête,  encore trop de Belges n’identifient pas le diabète, le cholestérol, le stress, la sédentarité, l’alimentation non équilibrée et l’âge comme des facteurs de risque.

 

Infarctus, prenez la vie à cœur !

Cette année, La Ligue Cardiologique Belge dédie la Semaine du Cœur à l’infarctus du myocarde sous le slogan : « Infarctus, prenez la vie à cœur ! ». Elle aura lieu du lundi 26 septembre au dimanche 2 octobre prochains. Dr Freddy Van de Casseye, directeur général de la Ligue Cardiologique Belge explique : « Le but de la campagne nationale est de sensibiliser et d’informer la population belge à propos de l’infarctus du myocarde : comment l’éviter, comment agir lorsqu’il surgit et comment vivre après un tel évènement. »

 

Que se passera-t-il durant la Semaine du Cœur ?

 

Au niveau national, une campagne de sensibilisation aura lieu sous le slogan « Infarctus, prenez la vie à cœur ! » . Pour l’occasion, un site web a été dédié à l’infarctus du myocarde : www.infoinfarctus.be et répondra aux différentes questions que l’on peut avoir sur l’infarctus.

Au niveau régional, différentes journées portes ouvertes, conférences et actions de prévention auront lieu dans différents grands centres de cardiologie belges ainsi que des actions de dépistage dans les centres de revalidation cardiaque du pays.  

Le jeudi 29 septembre, en pleine Semaine du Cœur, aura lieu la Journée Mondiale du Cœur. L’occasion de mettre la santé du cœur au centre de l’attention. Cette année, la Journée Mondiale du Cœur sera placée sous le signe de la prévention cardiovasculaire chez soi, dans les habitudes quotidiennes. Après deux ans placés sous le signe de la santé du cœur sur le lieu de travail, la Journée Mondiale du Cœur 2011 se focalisera sur la cellule familiale et les habitudes quotidiennes. Avec des conseils tels que: arrêter de fumer, manger sainement, bouger et faire des examens médicaux réguliers. Des attitudes indispensables à l’amélioration de la santé cardiaque. Pour plus d’infos concernant la Journée Mondiale du Cœur (World Heart Day), rendez-vous surhttp://www.world-heart-federation.org/.

Les commentaires sont fermés.