Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/07/2011

Diminuer le prix des anti douleurs

 

De plus en plus de patients souffrant de douleurs chroniques ont droit au remboursement du paracétamol. Cependant, d’après une étude de la Mutualité chrétienne (MC), la variante la moins chère, qui est aussi la mieux remboursée, n’est prescrite qu’à 13% d’entre eux. La MC demande une généralisation du système de remboursement le plus avantageux, en catégorie B. Même l’utilisateur occasionnel de paracétamol, qui ne perçoit pas de remboursement pour cet anti douleur, bénéficiera de l’avantage.

 

Les patients souffrant de certaines affections, telles que le cancer ou la sclérose en plaques, ont droit au remboursement du paracétamol. Pour eux, il s’agit d’une première étape dans le traitement de la douleur, avant qu’ils ne doivent passer à des médicaments plus forts. Le paracétamol est entre autres connu sous les noms de marque Dafalgan® et Perdolan mono®.

 

Le nombre de doses journalières de paracétamol remboursées a doublé en deux ans. Fin 2008, 1,7 million de doses étaient remboursées aux membres de la MC tandis que fin 2010, ce chiffre atteignait les 3,4 millions.

 

Le système le plus avantageux est le moins utilisé

Il existe deux systèmes de remboursement pour les malades souffrant de douleurs chroniques. Le premier, introduit en 2007 en dehors du système « classique » des catégories A,B,C, etc, prévoit un remboursement de 20% du prix. Le second a été mis en place en 2010. Il vise des produits pour lesquels une diminution importante du prix a été acceptée par les firmes pharmaceutiques concernées, avec un remboursement « classique » en catégorie B, qui s’élève à 75% (85% pour les bénéficiaires de l’intervention majorée). Un exemple : le paracétamol générique Mylan 30 et 100 x 500 mg.

 

Il ressort de l’enquête MC que ces médicaments les mieux remboursés et globalement les moins chers sont les moins prescrits. Ils ne représentent que 13% des remboursements. Les gens réalisent pourtant une économie importante avec ces médicaments puisqu’ils ne paient en moyenne que 7 cents par jour. Dans le système de remboursement moins avantageux, le patient paie 64 cents par jour. La différence est donc de 57 cents par jour, soit 89% moins cher dans le système le plus avantageux.

 

Un manque de clarté

« La coexistence de ces deux systèmes de remboursement est peu claire tant pour les patients que pour les prestataires de soins » explique Jean Hermesse, secrétaire général de la MC. La MC plaide donc pour un système unique de remboursement, celui de la catégorie B, qui devrait permettre de faire baisser les prix des produits aujourd’hui remboursés dans le système le moins avantageux. Les patients pourront ainsi bénéficier d’anti douleurs offrant la même qualité, mais à un prix inférieur. » Jean Hermesse souligne par ailleurs que les utilisateurs occasionnels de paracétamol tireront également avantage de la variante bon marché puisque le prix d’une dose journalière diminuera de 80% à 57%, soit 28% moins cher.

Les commentaires sont fermés.