Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/03/2011

De moins en moins de médecins optent pour les soins intensifs

 

 

Les centres médicaux seront confrontés à l'avenir à un manque de médecins spécialisés pour leur service de soins intensifs. La demande croissante dépasse en effet l'offre, a-t-on appris mardi en marge du 31e congrès mondial des soins intensifs qui se déroule à Bruxelles du 22 au 25 mars. Les services d'urgences sont de plus en plus fréquentés. En raison des progrès de la médecine, les patients en état grave sont plus nombreux et de plus en plus âgés. Chaque Belge fréquente ainsi en moyenne une fois dans sa vie les soins intensifs, a rappelé le professeur Jean-Louis Vincent, chef de service des soins intensifs de l'hôpital Erasme (ULB).médecins.jpg

A l'occasion du congrès international, les participants débattront, entre autres, de l'organisation de la médecine d'urgence. Le secteur s'attend à un manque de médecins à cause de la demande de plus en plus forte. "L'offre et la demande sont encore aujourd'hui tout juste en équilibre dans la plupart des institutions de soins. Mais à l'avenir, nous risquons un manque important de personnel", ajoute M. Vincent.

L'envoi de médecins dans les ambulances médicalisées est désormais aussi au centre des préoccupations. La télémédecine, qui permet d'offrir une aide à distance, peut se révéler une option attractive mais elle exige des changements de mentalité, note le professeur Vincent.

Le congrès sera aussi l'occasion de présenter de nouvelles études touchant à plusieurs domaines, comme la meilleure méthode pour prévenir les embolies pulmonaires ou les effets d'un nouveau médicament sédatif, le dexmédétomidine.

Le congrès mondial des soins intensifs réunira, jusqu'à 25 mars, près de 6.000 réanimateurs et urgentistes du monde entier

Les commentaires sont fermés.