Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/01/2011

Naissance après allogreffe de tissu ovarien

 

Une nouvelle prouesse a été réalisée par l’équipe du Pr. Jacques Donnez, chef du Service de gynécologie et andrologie des Cliniques universitaires Saint-Luc, dans le domaine de la greffe ovarienne. Une petite fille de 3,150 kgs est née ce 25 janvier 2011 aux Cliniques universitaires Saint-Luc grâce à une greffe de tissu ovarien entre soeurs non jumelles génétiquement différentes.naissance.jpg

Encore une première mondiale pour l’équipe du Pr. Jacques Donnez.

 

Le traitement par chimiothérapie est nécessaire pour soigner certaines pathologies telles que le cancer, mais peut engendrer la perte des fonctions ovariennes endocrines et reproductives et donc causer une ménopause précoce. Depuis quelques années, les jeunes femmes devant subir une chimiothérapie ont retrouvé l’espoir grâce à la technique de cryopréservation des ovocytes, des embryons ou du tissu ovarien développée par le Pr. Jacques Donnez. Malheureusement, cette technique ne peut pas toujours être pratiquée ; le don d’ovocyte constitue alors la seule chance pour ces patientes de devenir enceintes.

Une autre alternative est désormais proposée par le Pr. Donnez : l’allogreffe ovarienne. En clair, il s’agit de trouver une donneuse compatible, de lui prélever du tissu ovarien pour le greffer ensuite à la patiente souffrant de ménopause précoce. Les trois premières greffes de ce type entre soeurs génétiquement différentes furent réalisées par le Pr. Donnez et ses collaborateurs en 2007 et 2010 (avec publication dans Human Reproduction par le Pr. J. Squifflet, Pr. M.-M. Dolmans, Dr. P. Jadoul, 2007 et 2010). Ce traitement novateur a permis de restaurer la fonction ovarienne d’une de ces patientes.naissance2.jpg

 

 

Après l’allogreffe… une naissance

Un pas supplémentaire vient d’être franchi. Une patiente précocement ménopausée à cause d’une chimio-radiothérapie est devenue enceinte grâce à une  allogreffe de tissu ovarien prélevé chez sa soeur HLA-compatible mais génétiquement différente.

Les commentaires sont fermés.