Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/12/2010

La Rilatine, une drogue lorsqu'elle est détournée de son usage médical

La Rilatine, un médicament utilisé pour le traitement du Trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), devient une drogue lorsqu'elle est détournée de son usage médical, indique mardi Maurizio Serrara, psychologue à Infor-drogues. Ces médicaments psycho-stimulants, ou amphétamines, existent depuis longtemps. "Ce n'est pas nouveau de voir les jeunes en consommer, mais ce qui est inquiétant, c'est que ce marché noir touche le cycle supérieur mais également les écoles secondaires", regrette le psychologue.

Selon Maurizio Serrara, à usage médical, et donc prescrit en comprimés dans un cadre précis, le médicament n'a pas de pouvoir toxicomanogène. "Mais, réduit en poudre et sniffé, cela devient du speed", explique-t-il. imagesrilatine.jpg

Les risques sont physiques (arythmie cardiaque, problèmes artériels, vomissements, diarrhées, troubles de la vision, accélération de la respiration, spasmes, nervosité, insomnie, coupe-faim) et psychologiques (dépendance et risques de dépression).

"Avec la Rilatine, les étudiants se sentent plus éveillés mais il n'est pas prouvé que ça aide à la concentration, ni que cela provoque des miracles", ajoute le psychologue.

"Ces stimulants posent problème parce qu'ils dérangent les cycles biologiques du sommeil et altèrent la capacité de concentration. Ils augmentent également l'angoisse et les palpitations. Nous conseillons aux étudiants une alimentation équilibrée et de voir le blocus comme un marathon plutôt que comme un sprint", explique Martin de Duve, directeur d'Univers santé, asbl créée par l'UCL en 2000.

Univers santé mène des actions de sensibilisation avant chaque blocus via des fiches d'informations et des "ateliers-blocus" destinés aux étudiants de première année.

"Chaque année, nous sommes confrontés à cette problématique"." M. de Duve estime que les facultés de médecine sont les plus touchées par ce phénomène d'automédication.

Les commentaires sont fermés.