Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/09/2010

12% des diabétiques de type 2 reconnaissent souffrir d'épisodes d' hypoglycémie au volant

Une nouvelle enquête souligne la nécessité d’améliorer le dialogue sur l’hypoglycémie entre les diabétiques de type 2 et leurs médecins

Plus des trois quarts des médecins répondants modifieraient le traitement de leurs patients s’ils présentaient des symptômes d’hypoglycémie

 

Une nouvelle enquête, dont les résultats ont été présentés lors de la 46e réunion annuelle de l’Association européenne pour l’étude du diabète (EASD), souligne la nécessité d’améliorer la communication entre les médecins européens et leurs patients diabétiques de type 2, notamment en ce qui concerne l’hypoglycémie (pas assez de sucre – ou glucose – dans le sang). Cette enquête, conduite par Kantar Health et soutenue par MSD, montre que la majorité des médecins interrogés (82%) demande toujours à leurs patients s’ils ont souffert d’hypoglycémie depuis leur dernière visite médicale; la plupart (81%) pensent pourtant que ceux-ci ne les informent pas toujours de tous les épisodes hypoglycémiques qu'ils auraient pu connaître, ce que vient confirmer le fait que presque un tiers (32%) des patients interrogés ont déclaré ne pas parler d’hypoglycémie avec leur médecin, tandis que près de la moitié (43%) affirment être extrêmement ou très préoccupés à l’idée de subir un nouvel épisode d’hypoglycémie. Ceux qui n’évoquent pas la question de l’hypoglycémie avec leur docteur le justifient du fait que leur visite est trop courte ou encore à cause de leur manque de connaissances à ce sujet.

"L’hypoglycémie peut être un problème grave pour les diabétiques. Il est important qu’ils en parlent à leur médecin" selon le Professeur Michael Nauck, Diabétologue et Head of Diabeteszentrum, Bad Lauterberg (Harz, Allemagne). "Il est possible de réduire le risque d’hypoglycémie chez de nombreux patients, par le biais d’une gestion attentive du problème, mais seulement dans la mesure où le médecin en est pleinement informé." poursuit-il 

Un tiers de patients interrogés ont dit avoir sollicité l’aide de tierces personnes suite à un épisode d’hypoglycémie, 17% indiquent qu’ils ont du faire appel à des soins d'urgence. De plus, 37% des patients ont affirmé avoir souffert d'hypoglycémie sur leur lieu de travail et 12% au volant.

Les résultats de l’enquête ont également montré que de nombreux patients en ignorent les causes (45% ne savaient pas que le fait de ne pas prendre de petit-déjeuner en est une, tandis que 54% ignoraient qu’il en était de même en cas d'exercice physique excessif). Plus de la moitié des diabétiques de type 2 interrogés (53%) n’étaient pas conscients du fait que certains médicaments antidiabétiques pouvaient être la cause d’hypoglycémie alors que 22% pensaient que leur médecin ne pouvait rien faire pour les aider. Cependant, plus de 80% des médecins répondants modifieraient le traitement de leurs patients diabétiques de type 2 s’ils présentaient des symptômes d’hypoglycémie.

Si, en Europe, de nombreux diabétiques de type 2 connaissent bien les principaux symptômes de l’hypoglycémie (vertiges pour 66%, transpiration pour 59%), un certain nombre considèrent à tort que d’autres symptômes lui sont également liés (la soif pour 49%, et mictions fréquentes pour 26%, alors qu’en fait ils sont liés à l’hyperglycémie [trop de sucre - ou glucose - dans le sang]) .

Ces résultats soulignent la nécessité d’améliorer le dialogue entre les patients et leurs médecins. La majorité de ceux-ci (85%) a déclaré qu’il serait extrêmement ou très utile de disposer de davantage d’informations et de ressources pour aider leurs patients diabétiques de type 2 à identifier et à gérer l’hypoglycémie. De plus, 60% des patients ont affirmé qu’il leur serait extrêmement ou très utile de discuter d’hypoglycémie plus fréquemment avec leur médecin.


À propos de l’hypoglycémie

L’hypoglycémie (moindre quantité de glucose dans le sang) apparaît lorsque le niveau de glucose dans le sang est insuffisant pour satisfaire aux besoins du corps.[ii] Elle peut apparaître chez les diabétiques de type 2, parfois en association avec certains médicaments contre le diabète de type 2.[iii] Ses symptômes peuvent être de modérés à aigus et comprendre maux de tête, irritabilité, faim, transpiration, palpitations cardiaques, nervosité, assoupissements, malaises, étourdissements et confusion.[iv] Des épisodes répétés d’hypoglycémie peuvent conduire les patients à cesser de prendre régulièrement leur traitement antidiabétique du fait d’une plus grande incertitude par rapport aux instructions et à la difficulté accrue d'adhérer au schéma de leur traitement.[v]

Protocole de l’enquête       

L’enquête 2010 Exploring Hypoglycaemia (Explorer l’hypoglycémie), conduite par Kantar Health pour MSD, a analysé le point de vue de médecins et de diabétiques de type 2 à travers toute l’Europe afin de mieux comprendre les connaissances, les comportements et la communication en matière d’hypoglycémie. En tout, quelque 654 entretiens ont été conduits, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni, auprès de 250 médecins (diabétologues / spécialistes du diabète ou endocrinologues) et de 404 patients sous traitement, diagnostiqués comme diabétiques de type 2.

Au sujet de MSD

Le nouvel MSD est un leader global dans les soins de santé et œuvre au bien-être du monde. MSD est une marque de Merck & Co., Inc., dont la maison mère siège à Whitehouse Station, N.J. USA.  Au travers de nos médicaments, nos vaccins, nos thérapies biologiques, nos produits de comptoir et nos produits vétérinaires, nous opérons dans plus de 140 pays et nous collaborons pour développer des solutions innovantes dans la santé. Nous démontrons aussi notre engagement à augmenter l'accès à la santé par des programmes d'envergure de donation et de mise à disposition de nos produits pour ceux qui en ont besoin. MSD. Be well. Pour plus d'informations, veuillez consulter www.merck.com et www.msd-belgium.be.  

Déclarations prospectives

Ce communiqué de presse inclut les énoncés prévisionnels au sens des dispositions du programme libératoire de la loi United States Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Lesdits énoncés peuvent inclure, sans mais sans s'y limiter, les énoncés relatifs aux avantages de la proposition de fusion entre Merck et Schering-Plough, notamment les résultats prévisionnels d'exploitation et financiers, les stratégies conjointes des sociétés, les objectifs, les attentes et intentions, ainsi que d'autres énoncés qui ne sont pas de nature historique. Lesdits énoncés se basent sur les estimations et prévisions actuelles des dirigeants de Merck et Schering-Plough et sont soumis à des risques et incertitudes significatifs.  Les résultats avérés sont susceptibles de différer des résultats mentionnés dans les énoncés prévisionnels.

Les facteurs susceptibles de donner lieu à des résultats avérés différant de ceux mentionnés dans les énoncés prévisionnels sont, notamment : la possibilité que les synergies attendues de la fusion de Merck et de Schering-Plough ne se concrétisent pas, ou ne se concrétisent pas au cours de la période prévue, en raison, entre autres, de l'impact de la réglementation de l'industrie pharmaceutique et des projets de loi en attente d'adoption, susceptibles d'affecter ladite industrie ; le risque d'échec d'intégration des entreprises ; l'interruption de la fusion, rendant plus difficile la poursuite des relations commerciales et opérationnelles ; la capacité de Merck de prédire de façon précise les conditions du marché ; la dépendance à l'égard de l'efficacité des brevets de Merck et autres protections des produits innovants ; le risque d'instauration de nouvelles réglementations ou politiques de santé, ou d'une modification de la réglementation en vigueur ou des politiques de santé existantes aux États-Unis et dans le monde, ainsi que le risque de litiges et/ou mesures de réglementation. 

Merck rejette toute obligation de mise à jour publique des énoncés prévisionnels à la suite de nouvelles informations, événements à venir ou autre.  D'autres facteurs susceptibles de donner lieu à des résultats avérés différant substantiellement de ceux décrits dans les énoncés prévisionnels figurent dans le formulaire 10-K du rapport annuel 2008 de Merck, dans le formulaire 10-Q du rapport trimestriel de Schering-Plough, pour le trimestre ayant pris fin le 30 septembre 2009, dans la circulaire de sollicitation de procuration déposée par Merck le 25 juin 2009 ainsi que dans les autres documents de chacune des sociétés déposés auprès de la commission américaine des valeurs mobilières et des marchés financiers (la « SEC », Securities and Exchange Commission) et disponibles sur le site Internet de la SEC (www.sec.gov).

-FIN-



[i] NHS Clinical Knowledge Summaries. Hyperglycaemia [dernier accès, le 8 septembre 2010] http://www.cks.nhs.uk/patient_information_leaflet/hyperglycaemia#

[ii] National Diabetes Information Clearinghouse (NDIC). Hypoglycaemia [dernier accès, le 6 août 2010] http://diabetes.niddk.nih.gov/dm/pubs/hypoglycaemia/

[iii] Journey for Control Advancing Diabetes Education. Blood Sugar Highs and Lows [dernier accès, le 6 août 2010]. http://www.journeyforcontrol.com/journey_for_control/journeyforcontrol/for_patients/living_with_diabetes/high_and_low.jsp?WT.svl=2

[iv] Medication Guide JANUVIA [dernier accès, le 6 août 2010] http://www.merck.com/product/usa/pi_circulars/j/januvia/januvia_mg.pdf

[v] Álvarez Guisasola FA et al. Diab Obes Metab. 2008 ; 10 (suppl. 1) : 25–32.

 

Commentaires

Il est en faveur de moi d'avoir un site qui est très utile pour mon expérience. Merci admin

Écrit par : maxosize forum | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.