Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/07/2010

Sida: un gel microbicide suscite de grandes attentes à Vienne

 

Les réactions ont été enthousiastes mardi à Vienne, après l'annonce des résultats d'une étude montrant qu'un gel vaginal microbicide contenant un antirétroviral pouvait entraîner une forte réduction du risque d'infection au VIH chez les femmes.

Bien utilisé, ce gel peut réduire de moitié le risque d'infection par rapport à un gel qui ne contient rien, selon une étude réalisée auprès de plus de 800 femmes en Afrique et rendue publique lors de la Conférence internationale sur le sida.

Les microbicides sont des produits qui peuvent être appliqués au vagin ou au rectum, mais l'étude en question ne portait que sur l'utilisation vaginale.

L'étude, publiée dans le journal Science, fait apparaître un effet significatif d'un gel vaginal dans lequel a été inclus un antirétroviral bien connu, le Tenofovir, à hauteur de 1 pc. Le produit réduit aussi de moitié l'infection à l'herpès 2, une cause commune de l'ulcère génital.

Chez les femmes qui ont suivi strictement les consignes (la moitié d'entre elles), c'est à dire une fois dans les 12h précédant le rapport sexuel et une fois dans les 12h après, le taux d'infection au bout de 30 mois était inférieur de moitié à ce qu'il était chez celles utilisant un placebo.

Cet essai, intitulé Caprisa 4, a été réalisé auprès de femmes non infectées du Natal, la région d'Afrique du sud "où la prévalence de la séropositivité est la plus élevée dans le monde", selon le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS). Si ce gel voit le jour, il pourrait éviter 1,3 million d'infections et plus de 800.000 morts sur 20 ans, selon Salim Abdool Karim.

Les commentaires sont fermés.