Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/06/2010

Polyarthrite rhumatoïde : une nouvelle étude sur les dispositifs d’injection sous-cutanée

Les résultats suggèrent que le personnel infirmier joue souvent un rôle important dans le traitement et la prise en charge des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde 

 

Selon les résultats d’une enquête récente qui ont été présentés aujourd’hui à l’EULAR 2010, le congrès européen annuel de rhumatologie, la très grande majorité des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) ne sont pas entièrement satisfaits des dispositifs actuels d’injection sous-cutanée de leur traitement. En effet, entre 78 et 90 pour cent des patients atteints de PR qui ont été interrogés ont signalé qu’ils n’appréciaient pas l’un des aspects de l’injection sous-cutanée au moins.

L’enquête RAISE sur le maniement du dispositif d’injection a été mise en place afin de mieux comprendre les attentes et les préoccupations des patients atteints de PR en ce qui concerne les caractéristiques et l’utilisation des dispositifs d’administration sous-cutanée de leur traitement. Bien que plus de la moitié des patients interrogés aient trouvé leurs auto-injecteurs faciles à utiliser, plus d’un tiers des patients ont admis qu'ils n'étaient pas sûrs de s'administrer leur traitement correctement. Trente-six pour cent des répondants ont indiqué ressentir une douleur et une sensation de brûlure suite à l’injection, et environ 10 pour cent ont même admis avoir sciemment oublié un traitement à cause de l’intensité de la douleur liée à l’injection. De plus, entre 7 et 10 pour cent ont songé à « oublier » un traitement pour la même raison.

Pour les patients interrogés, les caractéristiques les plus importantes des dispositifs d’auto-injection étaient : l’emplacement du bouton d’injection, la facilité d’utilisation, la facilité d'utilisation et la simplicité d'apprentissage. En outre, les patients ont fréquemment déclaré qu’ils souhaitaient pouvoir savoir si le traitement était administré correctement.

« Les résultats de l’enquête ont révélé que les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde rencontraient certains problèmes avec les auto-injecteurs actuels. Cela met en évidence la nécessité d’améliorer la conception et le développement des dispositifs d’autoadministration », a déclaré Iain McInnes, FRCP, PhD, FRSE, responsable du département Immunologie, infection et inflammation, Professeur de médecine expérimentale au Glasgow Biomedical Research Centre à Glasgow en Écosse, et investigateur principal. « En tant que cliniciens, nous devons travailler en étroite collaboration avec nos patients pour aborder et répondre à ces problèmes spécifiques qui ne ressortent pas souvent lors de consultations de routine. »

Répondre à un besoin essentiel des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Les résultats d’une étude Delphi, qui a examiné les rôles déterminants que le personnel infirmier joue dans la prise en charge et le traitement des patients atteints de PR, ont également été présentés au cours de l’EULAR 2010. Les conclusions ont montré que des aspects tels que la qualité de vie et le bien-être ne sont pas toujours abordés par les médecins par manque de temps ou en raison de leur difficulté à discuter de ces questions. Par conséquent, comme le personnel infirmier passe nettement plus de temps avec les patients que le médecin lui-même dans la plupart des cliniques en Europe et au Canada, les infirmiers sont plus à même d’entamer des conservations sur ces sujets et d'aborder les problèmes d’ordre émotionnel et social importants liés au diagnostic et au traitement.

Les résultats suggèrent également que, tandis que les médecins recommandent généralement un traitement spécifique, les infirmiers jouent un rôle déterminant en vérifiant ensuite si les patients sont prêts à commencer le traitement et s'ils l'ont bien compris. En outre, ils sont chargés d'informer le patient sur les effets secondaires, l’efficacité et l'administration du traitement, et de surveiller la tolérance du traitement ainsi que l’évolution des patients.

« Les résultats de cette étude suggèrent que le personnel infirmier joue un rôle essentiel pour répondre un besoin souvent non satisfait dans le traitement et la prise en charge des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde, particulièrement en ce qui concerne l’éducation du patient », a déclaré Terri Lupton, RN, CCRP, rheumatology Central Triage, région sanitaire de Calgary, à Alberta au Canada, et participante de l'étude Delphi. « Afin d’améliorer l’ensemble des soins apportés au patient, nous devons approfondir la manière dont nous pouvons personnaliser l'éducation du patient étant donné que l'aide et les informations dont chaque patient a besoin varient d’une personne à l’autre. »

À propos de l’enquête RAISE sur le maniement du dispositif d’injection par le patient

L’enquête RAISE sur le maniement du dispositif d’injection par le patient a évalué 425 patients ayant utilisé un dispositif d’autoinjection en sous-cutanée pour l’adalimumab (n = 299) ou l’étanercept (n = 126) pendant au moins deux mois pour traiter une PR modérée à sévère. Les patients éligibles étaient âgés d’au moins 18 ans et résidaient au Canada, en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni. Les questions de l’enquête ont évalué l’avis des patients sur leur dispositif d’administration prérempli, ainsi que leurs préoccupations relatives au dispositif en lui-même et à l’injection.

Vingt pour cent des patients interrogés ont défini la douleur causée par la piqûre de l’aiguille comme l’un des aspects les moins agréables de l’autoinjection. De plus, entre 2 et 16 pour cent des patients ont signalé qu'ils avaient déjà déclenché accidentellement leur injecteur et perdu une dose de médicament.          

À propos de l’enquête Delphi réalisée chez le personnel infirmier

Un comité directeur composé de trois infirmiers a développé et peaufiné une méthode Delphi modifiée avec deux séries de questionnaires (un processus qui aboutit à un consensus reflétant l’avis et les conseils anonymes d’experts). Les questionnaires ont été remplis par un groupe international de 12 infirmiers possédant une grande expérience de la prise en charge et du traitement des patients atteints de PR modérée à sévère, que ce soit en clinique ou en recherche. Ensuite, le groupe a participé à une table ronde afin de débattre des besoins non satisfaits et des problèmes pour lesquels un consensus n’avait pas encore été atteint.

Avant la réunion, toutes les réponses étaient restées anonymes et confidentielles. La table ronde a porté essentiellement sur la compréhension des besoins physiques et émotionnels des patients souffrant de PR, mais également sur le rôle du personnel infirmier en tant que prestataire de soins, évaluateur des résultats du traitement et de l’état de la maladie, et source d’informations.

À propos de la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie débilitante chronique qui touche approximativement 300 000 personnes au Canada, 1,3 millions de personnes aux États-Unis et plus de 3 millions de personnes en Europe. Les signes et symptômes de la PR comprennent douleur, raideur et limitation de mouvement au niveau de nombreuses articulations. Comme la PR est une maladie progressive, elle peut provoquer une déformation permanente des articulations et une grave incapacité si elle n’est pas diagnostiquée précocement ou si la mise en place du traitement initial est tardive. La PR peut se déclarer à n’importe quel âge, mais elle est plus fréquente chez les adultes âgés de 30 à 50 ans, et sa prévalence est deux à trois supérieure chez les femmes par rapport aux hommes. La cause de la PR n’est pas connue, même si des facteurs génétiques peuvent favoriser l’apparition de la maladie.

Au sujet de MSD

Le nouvel MSD est un leader global dans les soins de santé et œuvre au bien-être du monde. MSD est une marque de Merck & Co., Inc., dont la maison mère siège à Whitehouse Station, N.J. USA.  Au travers de nos médicaments, nos vaccins, nos thérapies biologiques, nos produits de comptoir et nos produits vétérinaires, nous opérons dans plus de 140 pays et nous collaborons pour développer des solutions innovantes dans la santé. Nous démontrons aussi notre engagement à augmenter l'accès à la santé par des programmes d'envergure de donation et de mise à disposition de nos produits pour ceux qui en ont besoin. MSD. Be well. Pour plus d'informations, veuillez consulter www.merck.com et www.msd-belgium.be.  

Déclarations prospectives

Ce communiqué de presse inclut les énoncés prévisionnels au sens des dispositions du programme libératoire de la loi United States Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Lesdits énoncés peuvent inclure, sans mais sans s'y limiter, les énoncés relatifs aux avantages de la proposition de fusion entre Merck et Schering-Plough, notamment les résultats prévisionnels d'exploitation et financiers, les stratégies conjointes des sociétés, les objectifs, les attentes et intentions, ainsi que d'autres énoncés qui ne sont pas de nature historique. Lesdits énoncés se basent sur les estimations et prévisions actuelles des dirigeants de Merck et Schering-Plough et sont soumis à des risques et incertitudes significatifs.  Les résultats avérés sont susceptibles de différer des résultats mentionnés dans les énoncés prévisionnels.

Les facteurs susceptibles de donner lieu à des résultats avérés différant de ceux mentionnés dans les énoncés prévisionnels sont, notamment : la possibilité que les synergies attendues de la fusion de Merck et de Schering-Plough ne se concrétisent pas, ou ne se concrétisent pas au cours de la période prévue, en raison, entre autres, de l'impact de la réglementation de l'industrie pharmaceutique et des projets de loi en attente d'adoption, susceptibles d'affecter ladite industrie ; le risque d'échec d'intégration des entreprises ; l'interruption de la fusion, rendant plus difficile la poursuite des relations commerciales et opérationnelles ; la capacité de Merck de prédire de façon précise les conditions du marché ; la dépendance à l'égard de l'efficacité des brevets de Merck et autres protections des produits innovants ; le risque d'instauration de nouvelles réglementations ou politiques de santé, ou d'une modification de la réglementation en vigueur ou des politiques de santé existantes aux États-Unis et dans le monde, ainsi que le risque de litiges et/ou mesures de réglementation. 

Merck rejette toute obligation de mise à jour publique des énoncés prévisionnels à la suite de nouvelles informations, événements à venir ou autre.  D'autres facteurs susceptibles de donner lieu à des résultats avérés différant substantiellement de ceux décrits dans les énoncés prévisionnels figurent dans le formulaire 10-K du rapport annuel 2008 de Merck, dans le formulaire 10-Q du rapport trimestriel de Schering-Plough, pour le trimestre ayant pris fin le 30 septembre 2009, dans la circulaire de sollicitation de procuration déposée par Merck le 25 juin 2009 ainsi que dans les autres documents de chacune des sociétés déposés auprès de la commission américaine des valeurs mobilières et des marchés financiers (la « SEC », Securities and Exchange Commission) et disponibles sur le site Internet de la SEC (www.sec.gov).

Commentaires

J'ai passé en revue en ligne plus de trois heures ces jours-ci, mais j'ai jamais trouvé un article intéressant comme le vôtre. À mon avis, si tous les propriétaires de sites web et les blogueurs font comme vous avez fait, l'internet peut être beaucoup plus utile que jamais auparavant.

Écrit par : comment acheter maxosize | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.