Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2010

UE: Pas de feu rouge pour les aliments trop gras, mais un étiquetage renforcé

 

Les eurodéputés ont adopté mercredi en première lecture une vaste refonte de l'étiquetage des aliments, qui permettra aux consommateurs d'être mieux informés de l'origine et du contenu nutritionnel. Ils n'ont toutefois pas approuvé le principe controversé d'un feu rouge pour les aliments trop sucrés ou trop gras. La majorité du Parlement a opté pour la mention obligatoire, sur la face avant des emballages des aliments transformés, d'une série de propriétés (graisses, sel, sucre, mais aussi les acides gras trans, facteurs de cholestérol, ou encore les hydrates de carbone, importants pour les diabétiques).

Les députés ont aussi renforcé les informations obligatoires sur l'origine des produits, souvent commercialisés à l'heure actuelle sans aucune mention de la provenance. Pour le députés, l'origine devrait être mentionnée pour les volailles, le lait et les produits frais.

Dans le cas des viandes, ils ont même voté en faveur d'un étiquetage différencié précisant le lieu de naissance, le lieu d'élevage et le lieu d'abattage de l'animal.

Les députés ont aussi renforcé les exigences d'informations imposées aux marques de distributeur. Selon leur vote, les produits blancs devraient aussi eux aussi mentionner la provenance de leurs produits.

Le Parlement a voté pendant près d'une heure sur quelque 350 amendements très disputés entre la gauche et la droite. A l'issue de ce vote complexe, même le rapporteur, l'Allemande Renate Sommer (PPE), a admis que les conséquences légales devaient encore être éclaircies. Elle n'a par exemple pas pu préciser si le Royaume-Uni, qui a adopté un système de feux de signalisation, devrait le supprimer.

Du côté des élus belges, Frédérique Ries (MR) a regretté que le système des feux tricolores ait été rejeté.

"Il s'agissait d'une manière simple et lisible d'informer le consommateur face à une offre alimentaire, certes variée, mais toujours plus riche et plus grasse et qui joue un rôle dans l'explosion de l'obésité", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Mais pour Mme Ries, "les consommateurs, et surtout certaines catégories de patients, peuvent être satisfaits de nombreuses propositions adoptées" mercredi.

Marc Tarabella (PS) s'est montré moins favorable aux feux tricolores. "Il serait malhonnête de mettre des couleurs vertes pour le jambon light et rouge sur le jambon normal. Il ne nous appartient pas de décider à la place du consommateur ce qui est bon de ce qui ne l'est pas. Notre devoir par contre est de lui permettre de choisir en connaissance de cause", a-t-il commenté dans un communiqué, tout en se félicitant lui aussi de l'étiquetage renforcé.

Mais la messe est loin d'être dite dans cette affaire qui suscite depuis des mois une polémique en Europe, avec un lobbying intense de l'industrie agro-alimentaire. La directive doit en effet encore être approuvée par les Etats membres, avant de revenir au Parlement pour une seconde lecture.

Commentaires

Bonjour! J'aurais juré j'ai été sur ce site avant, mais après avoir traversé quelques uns des articles j'ai réalisé que c'est nouveau pour moi. en tout cas, je suis certainement heureux je suis tombée dessus et je vais faire un bookmarking.

Écrit par : maxosize temoignage | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.