Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/06/2010

Bitures express : le cerveau des adolescents trinque

 

Comas éthyliques ou encore accidents de la circulation, les «bitures express» ( binge drinking des Anglo-Saxons) peuvent se terminer de façon dramatique. Mais ce mode d'alcoolisation, qui concerne désormais près d'un adolescent sur deux en France, a aussi des conséquences à plus long terme, moins spectaculaires mais tout aussi préoccupantes (source: le figaro.fr) . Les publications scientifiques se multiplient dans ce domaine, et elles vont toutes dans le même sens. Même entrecoupée de périodes d'abstinence, la succession de «bitures express» (définies comme l'absorption d'au moins cinq verres d'alcool à une même occasion) abîme le cerveau, encore en plein développement, des adolescents. La dernière étude en date, qui vient d'être publiée dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences américaines (PNAS), décrit précisément des lésions au niveau de l'hippocampe. Cette petite zone, située à la hauteur du lobe temporal, joue un rôle clé dans les processus d'apprentissage et de mémorisation, notamment des informations spatiales.

Ces dernières années, des imageries cérébrales d'adultes et même d'adolescents avaient déjà montré que la consommation répétée d'alcool entraîne une réduction du volume de l'hippocampe, ce qui pourrait expliquer en partie les troubles de mémoire dont souffrent les alcooliques. Les chercheurs américains qui publient dans PNAS sont allés plus loin. En disséquant le cerveau de jeunes macaques, soumis pendant onze mois à un régime de binge drinking suivi d'une abstinence de deux mois, Michel Taffe (Université de Californie La Jolla) a carrément mis en évidence un déficit de la formation et du développement des neurones dans cette zone cruciale pour la mémoire. «Le binge drinking pendant l'adolescence induit d'autres types de lésions cérébrales que ce même comportement à l'âge adulte», estime le chercheur américain Douglas Matthews dans son article publié dans la revue ­Alcohol.(source: le figaro.fr)

Les commentaires sont fermés.