Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/05/2010

Plus de 500.000 fumeurs avaient l'intention d’arrêter

On estime qu’en Belgique, plus de 500.000 fumeurs avaient l'intention d’arrêter de fumer le 1er janvier 2010. Aujourd’hui, nous savons que près de la moitié (47%) d’entre eux auraient probablement échoué dans leur tentative, c’est ce que révèle une nouvelle enquête menée par YouGov à la demande de Pfizer.

En Belgique, la simple volonté du fumeur (66%) constitue la méthode la plus courante à laquelle on recourt pour arrêter de fumer

Toutefois, des études antérieures ont montré qu’environ 3% seulement des fumeurs qui arrêtent par leur propre volonté restent non-fumeurs un an plus tard.

 

Le taux de rechute parmi les personnes qui arrêtent de fumer, indique la nécessité de changer la manière dont le tabagisme et la dépendance à la nicotine et au tabac sont perçus et abordés afin d’améliorer les taux de succès de l’arrêt du tabac et d'aider un plus grand nombre de personnes à devenir non fumeuses.

Selon la nouvelle enquête, près des deux tiers des Belges (62%) perçoivent actuellement le tabagisme comme un simple choix de style de vie plutôt que comme une affection médicale.

 

Dans cette optique, 14% seulement des fumeurs prendraient rendez-vous chez leur médecin afin de discuter à leur propre initiative de l’arrêt du tabac et d’obtenir aide et conseil1 – même si une enquête précédente avait montré qu'un simple conseil d'un professionnel de la santé améliore déjà de 30% les chances de succès de l'arrêt 6. 43% des fumeurs ont déclaré qu’ils consulteraient vraisemblablement plus rapidement un médecin pour tenter d'arrêter de fumer si le tabagisme était largement reconnu comme une affection médicale.

L’enquête révèle également qu’en Belgique, pratiquement tous les médecins (94%) considèrent déjà le tabagisme comme une affection médicale.

 

Qui plus est, 9 médecins sur 10 (94%) croient que si la population générale, fumeurs compris, souscrivait plus largement à cette opinion, cela aurait un impact positif sur la réduction du nombre de fumeurs en Belgique. Plus de 4 médecins sur 5 (82%) estiment que cela inciterait effectivement un plus grand nombre de fumeurs à consulter un médecin pour arrêter de fumer.

Daniel Van Bellinghen, directeur de la communication

 

chez Pfizer, explique pourquoi il est temps de passer à une nouvelle approche pour s’attaquer au tabagisme: « Notre enquête montre que la communauté médicale soutient déjà largement l’idée que le tabagisme est une affection médicale. Aujourd’hui, les fumeurs doivent adopter une approche similaire. Bien que de nombreux fumeurs reconnaissent les effets nocifs de leur comportement et tentent d’arrêter de fumer, ils ne se donnent pas les meilleures chances de réussite en s’y prenant seuls".

Les commentaires sont fermés.