Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/05/2010

Une maman et son bébé sauvés in extremis

 

Sauver deux vies au cours d’une même intervention chirurgicale : un pari risqué qu’ont tenté deux médecins des Cliniques universitaires Saint-Luc, le Pr Gébrine El Khoury, Chef du Service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique, et le Pr Frédéric Debiève, Chef de clinique adjoint en Obstétrique, pour sauver une maman et son bébé.

En décembre dernier, une patiente enceinte de 32 semaines a été transférée aux Cliniques universitaires Saint-Luc depuis l’hôpital d’Hornu, dans un état extrêmement grave. 

« Elle souffrait d’une dissection aortique (une rupture de l’aorte, ndlr)  qui menaçait sa vie et celle de son bébé à naître », se souvient le Pr Gébrine El Khoury, Chef du Service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique des Cliniques universitaires Saint-Luc.

La seule solution pour tenter de les sauver tous les deux consistait à pratiquer une césarienne en urgence avant d’opérer le coeur de la maman. 

« Nous savions que cette intervention était très risquée et que les chances de survie de la maman n’étaient pas élevées. Nous avons réuni une cellule de crise pour déterminer les priorités ». Une équipe de choc s’est rapidement mobilisée, composée de chirurgiens cardiaques, d’anesthésistes, d’obstétriciens, d’infirmières, de perfusionnistes, etc. « Ensemble, nous avons décidé de sauver d’abord le bébé car il n’aurait pas supporté les conditions de l’opération mises en place pour la maman, notamment la diminution de la température corporelle  (entre 15 et 20°c, ndlr) », raconte le chirurgien.

L’intervention a débuté par la césarienne. 

« Nous avons pratiqué une césarienne avec ligature des artères utérines afin de prévenir une hémorragie utérine lors de la chirurgie cardiaque » , précise le Pr Debiève, Chef de clinique adjoint en Obstétrique. «  Pendant ce temps, nous étions tous habillés, prêts à intervenir » , indique quant à lui le chirurgien cardiovasculaire. Dès que le Pr Debiève a extrait le bébé, nous sommes entrés en action pour opérer la dissection aortique ».

Un cas d’urgence aux Cliniques Saint-L

 

Le résultat de cette double intervention est un véritable miracle : la maman et son bébé ont survécu et sont aujourd’hui en pleine forme. 

« De tels happy end sont rares, car sur les quelques cas de ce type recensés dans le monde, très peu de patientes ont survécu » , se réjouit le Pr El Khoury.

Les commentaires sont fermés.