Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2010

Obésité infantile : des pistes

Manger en famille, bien dormir et ne pas trop regarder la télé diminue le risque
BRUXELLES  L’obésité des enfants est un problème des plus préoccupants, et pas seulement aux États-Unis. En Belgique, environ 20 % des jeunes de moins de 18 ans présentent un excès pondéral et 5 % d’entre eux sont obèses. Des chiffres quelque peu inquiétants quand on sait qu’ils ont pratiquement doublé en l’espace de dix ans.
De plus, il est prouvé que l’obésité chez l’enfant va entraîner des pathologies associées : complications respiratoires, pathologies orthopédiques pédiatriques, anomalies endocriniennes ou encore du diabète de type II. Il est prouvé que l’obésité dans l’enfance est associée à une augmentation du risque de mortalité à l’âge adulte, surtout d’origine cardio-vasculaire.
On l’aura compris, certaines habitudes de vie sont déterminantes dans l’apparition de l’obésité. C’est ce que démontre une vaste enquête américaine Early childhood longitudinal, publiée cette semaine dans le journal Pediatrics. L’enquête révèle que les enfants de moins de six ans qui prennent régulièrement leur dîner en famille (au moins cinq fois par semaine) ou qui ont une durée de sommeil adaptée à leur âge (au moins 10 h 30 par nuit), ou encore qui ne regardent la télévision que pendant une durée limitée (moins de deux heures par jour), souffrent moins d’obésité que les autres. Lorsque ces trois critères sont réunis, l’enfant a 40 % de chances en moins d’être obèse qu’un enfant qui ne répondrait à aucun de ces critères.
Et c’est somme toute logique, prendre ses repas en famille offre une alimentation plus diversifiée et réduit le grignotage. On sait par ailleurs que le sommeil est un facteur de régulation physiologique important. Quant à la télévision, le temps que l’on passe devant n’est pas consacré à une activité physique et accroît également le risque de grignotage. (Source: N. G.)

Les commentaires sont fermés.