Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/10/2009

20 octobre 2009 : Journée mondiale de l’ostéoporose

Une étude récente a analysé le lien entre le soja et le risque de fracture de la hanche. Les chercheurs ont constaté qu’une consommation quotidienne de soja permettait de réduire le risque de 20 à 30 %.

 

Le 20 octobre sera la Journée mondiale de l’ostéoporose. D’après la fondation internationale contre l’ostéoporose (« International Osteoporosis Foundation », IOF), en Europe, l’ostéoporose touche 1 femme sur 3 et 1 homme sur 5 après l’âge de 50 ans. L’ostéoporose est souvent responsable de fractures osseuses au niveau du poignet, des vertèbres et de la hanche. Différents facteurs interviennent dans la prévention de la maladie. Au même titre que l’activité physique, le tabagisme ou le contrôle du poids corporel, l’alimentation joue un rôle important pour la santé des os.

 

Au total, plus de 63.000 hommes et femmes chinois âgés de 45 à 74 ans ont participé à l’étude et ont été suivis pendant une période de 8 à 13 ans. Tous les participants ont complété un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires et leur consommation de produits à base de soja (tofu, drink de soja et autres).

 

Pendant la durée de l’étude, 276 hommes et 692 femmes ont présenté une fracture de la hanche.

Les chercheurs ont constaté qu’il existait un lien entre la consommation quotidienne de protéines de soja et le risque de fracture de la hanche, qui diminuait de 20 à 30% en cas de consommation supérieure ou égale à 3g de protéines de soja par jour, soit l’équivalent de 100ml de drink de soja par jour. Cet effet a été observé principalement chez les femmes.

Commentaires

Merci pour cet article

Écrit par : Devis | 19/10/2009

Ici encore, si ce n'est pas la piste médicamenteuse qui est avancée, c'est la piste alimentation, ignorant superbement le sine qua non facteur psychobiologique !

A l’appui d’examen médicaux (UCL en Woluwe), j’ai été diagnostiqué il y a prés de 20 ans comme ayant une ostéoporose jugée irréversible avec en plus une perte osseuse jugée aussi irréversible dans la mâchoire inférieure ;
Deux an après j’avais non seulement refait du nouvel os dans la mâchoire (sans aucun traitement médical) mais j’avais tout récupéré au niveau osseux !

Cela a été le point de départ d’une réflexion qui a été sans doute à la base de l’engagement de ma profession de psychothérapeute intégrant la psychobiologie
(voir mon témoignage : http://www.retrouversonnord.be/blabriquecalcification.htm )

Écrit par : Baudouin Labrique | 19/10/2009

Les commentaires sont fermés.