Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/09/2009

5269 personnes ont été contaminées

A partir d’aujourd’hui, les communes peuvent retirer les « starterkits » destinés aux médecins généralistes auprès de leur province.

Le but de cette opération est de faciliter le travail du médecin ayant une patientèle privée et effectuant des visites à domicile, en lui fournissant un kit de base contenant des traitements antiviraux et des masques de protection chirurgicaux à destination des patients grippés. Ces boîtes de démarrage ont été préparées par le Commissariat interministériel Influenza avec l’aide de la Croix-Rouge. Les médecins concernés pourront très prochainement se rendre au point désigné par leur commune pour recevoir un colis gratuitement. Dès leur stock épuisé, ils pourront se réapprovisionner auprès d’une officine pharmaceutique de la commune où ils exercent.

La procédure de distribution devait logiquement évoluer, suite aux rentrées économique et scolaire. Celles-ci laissent en effet penser qu’une augmentation du nombre de cas de grippe pandémique pourrait survenir, sans oublier que la grippe saisonnière va également démarrer.

Pour rappel, les traitements antiviraux sont délivrés gratuitement, uniquement par le médecin, aux personnes qui le nécessitent et qui appartiennent à l’un des groupes à risque suivants :

- des patients avec une maladie chronique du système respiratoire en ce inclus, les patients, ayant reçu une prescription de médicaments pour l’asthme endéans les 3 ans

- des patients avec une pathologie cardiaque chronique

- des patients avec une insuffisance rénale ou hépatique modérée à sévère

- des patients immunodéprimés dus à une maladie ou à un traitement

- des patients diabétiques

- des femmes enceintes

- des personnes de plus de 65 ans

- des enfants de moins de 5 ans

- des patients hospitalisés pour un tableau clinique grave sous réserve du délai de 48 heures.

Les masques seront distribués à l’appréciation du médecin et uniquement aux personnes malades, afin d’éviter qu’elles ne contaminent leur entourage.

Le Commissariat interministériel Influenza tient encore à rappeler aux personnes ressentant des symptômes grippaux de s’isoler à la maison et d’appeler leur médecin traitant. Il ne sert à rien de courir à l’hôpital, au contraire : de cette manière, les personnes malades risquent de contaminer les autres patients.

L’estimation du nombre de cas de grippe A/H1N1 effectuée dans notre pays pour la semaine 35 ne démontre pas une augmentation significative dans notre pays en comparaison avec les chiffres de la semaine dernière. Sur un total de 8395 consultations de patients se présentant avec un état grippal chez leur médecin, l’extrapolation a livré 638 nouveaux cas de grippe A/H1N1 pour la semaine passée.

Ce résultat n’indique pas encore non plus une forte circulation du virus. Les échantillons réalisés par les hôpitaux confirment cette tendance et la mortalité est normale pour cette période de l’année.

Depuis le déclenchement de la pandémie A/H1N1 fin avril, 5269 personnes ont été contaminées dans notre pays. Une personne est décédée des complications de la grippe.

Commentaires

Par rapport (notamment) à cette grippette, j’espère que vous aurez compris que les grands médias se contentent de répercuter servilement et sans esprit critique les infos officielles : responsables de la santé, OMS, labos… Pas ou peu d’investigation alors que cela fait partie de leur mission !

Suit l’extrait d’un article que j’ai écrit (http://www.retrouversonnord.be/grippe.htm#vaccin) et qui vous permettra de comprendre notamment :
- pourquoi attraper la grippe permet d’échapper avantageusement à une bronchite,
- pourquoi la peur panique d’attraper la grippe fait qu’on la contracte alors,
- même confrontés au virus, pour quelles raisons certains échappent à la grippe,
- pourquoi vous disposez déjà de la meilleure prévention qui soit et donc du meilleur vaccin
(le meilleur médecin est le médecin intérieur).

Voici d’une part ce qu’il faut comprendre « physio-logiquement » et « psycho-logiquement » à propos de la grippe, à la lumière de ce que la psychobiologie moderne (neurosciences cognitives) a permis de comprendre :

la plupart des scientifiques (et de plus en plus) s’accordent à dire que les maladies sont provoquées par le stress oxydatif (ou oxydant) ; on sait aussi que le stress psychique va bien évidemment accroître le stress biologique et que les deux se fondent en fait. On a observé empiriquement qu'une hygiène physique de qualité permettait de diminuer proportionnellement, non seulement la durée de toutes maladies, mais leur intensité.

Analogiquement aux autres maladies du même type, la grippe intervient toujours dans la période de résolution d’une situation conflictuelle dont les ingrédients psychologiques sont en symbolique avec la spécificité des fonctions ou les organes touchés, suivant leur rôle "physio-logique" particulier (et donc en étroite relation symbolique avec le type de conflit « psycho-logique ») "Psycho-logique" et "physio-logique" se révèlent être en fait deux "logiques" interdépendantes.

Voici quelques exemples de ressentis particuliers qui se rapportent à la survenance de la grippe (sachant que les ressentis sont propres à chacun et qu'il n'y a lieu ici ou ailleurs de s'adonner au décodage sauvage ni même d'induire ce qui suit auprès de personnes atteintes : le risque est alors de les mettre dans le déni et aussi de les priver du bénéfice de la découverte de ce qui constitue le point de départ de la genèse de leur maladie).

Cependant, voici un effet pervers trop ignoré : afin de booster leurs lucratives rotatives, les grands médias (endémiquement) asservis aux lobbies pharmaco-industriels entretiennent obstinément la psychose, réamorçant ou créant malheureusement des peurs par rapport aux organes touchés ; la résolution de telles peurs passera, inévitablement et pour cause, par la grippe ou quelqu’autre affection respiratoire. C’est le « monde à l’envers », puisque, ce faisant, de tels médias, se targuant pourtant d’informer le public, prétendent concourir à l’amélioration de la santé publique !


Voici d’autre part, comment comprendre que vous disposez déjà du meilleur vaccin :

Le psychisme étant le maître du jeu sur le corps, le recours prioritaire à une hygiène psychique appropriée est alors plus qu’indiqué prophylactiquement ; ne s’attacher qu’à l’hygiène physique, tant prônée actuellement par les médias et les responsables médicaux, ne permettra pas d’éviter sa survenance, puisque le programme psychique est toujours actif ! Rappel, les symptômes sont (en aval) l’expression d’un programme psychologique (en amont) et il ne servirait rien de redresser la dernière partie de dominos sachant que ceux-ci tomberont encore sous l’action des premiers ! Ce n’est pas, par exemple, l’éloignement forcé des élèves dans une école préconisé récemment par un directeur d’école qui apportera autre chose que l’entretien d’une psychose, in fine, dévastatrice.

La vraie prévention :

Voici des propositions de comportements adaptés pour ne pas faire partie du prochain "bataillon" de ceux qui tomberont. Professionnellement et sur moi-même, j’ai remarqué que, notamment, les maladies infectieuses se guérissaient d’autant plus vite qu’on avait pu mettre le doigt sur la situation spécifique conflictuelle dont elles expriment la résolution mais en conscientisant la manière dont elle a évolué ; en ayant chaque fois l’expérience positive, ainsi que d’autres personnes, l’identifier permet de raccourcir fortement la période active de la grippe, La psychobiologie moderne (ou neurosciences cognitives) l’a démontré ; voici donc comment appliquer d'une manière appropriée ce qui suit constitue le meilleur vaccin possible, en tous points respectant le développement durable et sans aucun effet secondaire !

Voici les deux qui font l'inséparable paire :

1° Hygiène physique :

- s’informer correctement, ce qui permet de ne pas attendre (faux espoirs) quelque certitude d’efficacité ni de la part des antiviraux, ni des vaccins,

- quelques mesures d’hygiène personnelle et en ce, y compris, éviter de se rendre autant que possible dans les zones à risques ou de côtoyer des personnes qui en reviennent, mais essayer de ne pas se laisser envahir par une panique irraisonnée car la grippe n'est contagieuse que pour les personnes qui sont en phase de résolution d'une situations conflictuelle (voir point suivant) : s'interroger, dès lors, comme le fait très pertinemment remarquer le Dr Thomas-Lamotte, neurologue (dans son livre "Et si la maladie n'était pas un hasard") sur ce qui explique :
"Pourquoi un pharmacien qui ne voit que des malades tout au long de sa journée, toute la semaine et même toute l'année, ne tombe-t-il jamais malade ? Pourquoi, après avoir vu 20 personnes grippées en une seule journée, soit 100 en une semaine, un généraliste ne l'attrape-t-il pas non plus ?" Il faudra en effet bien plus que le contact biologique avec le virus : voir ci-après (vous constaterez que d’une part la grippette ne dure que très peu de temps, d’autres


2° Hygiène psychique :

- donner le moins possible accès à la peur (médiatiquement savamment et éhonteusement entretenue) par ce qu'elle est déjà un facteur de stress important (qui ne fait que déclencher ou renforcer la maladie virale, notamment, puisque ce surstress devra s'évacuer de la sorte) ; se rappeler (voir plus haut) que si on contracte la grippe, c'est que cela permettra de réparer les bronches près de trois fois plus vite que ne le ferait la bronchite à laquelle on a donc échappé, donc merci la grippe !,

- en situation de stress et même hors période "pandémique", exprimer ses émotions, ses ressentis devant des personnes qui se comporteront en empathie (pas de jugements ni de conseils non demandés), ce qui fera déjà baisser à coup sûr le stress et donc les symptômes présents ou à encourir (il n'y a alors pas de stress surajouté),

- en situation de stress et même hors période "pandémique", exprimer ses émotions, ses ressentis devant des personnes qui se comporteront en empathie (pas de jugement ni de conseils non demandés), ce qui fera déjà baisser à coup sûr le stress et donc les symptômes présents ou à encourir,

- savoir que la grippe survient suite à la résolution d'une situation conflictuelle personnelle (suivant l’observation personnelle et professionnelle que j’en ai comme bien d’autres) ; considérer qu’en l’occurrence, la sphère respiratoire étant concernée, il y a lieu de rechercher quelle situation conflictuelle a donc été à la source (et donc résolue), dont la symbolique est reliée à cette partie organique (voir plus haut). Scientifiquement, on a observé que les microbes n’interviennent que dans la seconde phase (phase chaude en médecine chinoise) des maladies (la phase froide, en médecine chinoise étant la phase active de la situation conflictuelle) ;
voir cette source scientifique : "Les virus, ennemis utiles",

- identifier la situation conflictuelle d'origine permet (j’en ai fait chaque fois l’expérience, ainsi que observé sur d’autres personnes) de raccourcir fortement la période active,

- apprendre a exprimer ses émotions, ses ressentis, ce qui permet précisément de ne pas entretenir trop longtemps un stress personnel et l'empêcher alors de générer les maladies, (rappel : selon ce que s’accordent maintenant à dire de plus en plus de scientifiques, confirmant le bon sens commun et ancestral).


Source du texte et liens internes :
http://www.retrouversonnord.be/grippe.htm#vaccin


Si malgré tout cela vous "tombez" malades, j'espère que vous penserez aussi, comme ce célèbre psychologue Carl Jung que "la maladie est l'effort que la nature fait pour nous guérir"

Écrit par : Baudouin Labrique | 05/09/2009

Les commentaires sont fermés.