Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2009

La rate, un organe précieux

Longtemps considérée par les Anciens comme le siège de nos humeurs, cette éponge de 300 grammes, gorgée de sang, vit cachée sous les côtes, avec le diaphragme et l'estomac comme voisins. Seuls les hématologues et les chirurgiens connaissent ce lieu de stockage de 30 % de nos plaquettes sanguines (responsables de la coagulation) et connu comme réserve de lymphocytes.

Or, une équipe de chercheurs de la Harvard Medical School et du Massachusetts General Hospital de Boston vient de lui trouver ( Science du 30 juillet 2009) une fonction essentielle dans le système de défense du corps . La rate est en fait un réservoir, une caserne où une armée de réserve de soldats du corps, des cellules appelées monocytes, patientent par millions.

En cas de traumatisme avec invasion de microbes pathogènes, la rate est capable de se contracter et d'expulser dans le sang une multitude de ces soldats pour aller combattre l'ennemi. La rate «qui se dilate», comme dans la chanson, peut passer de 300 grammes à 1,5 kilo. C'est le «cimetière des globules rouges» et, comme la moelle osseuse, elle produit des cellules sanguines.

Ulrich von Adrian, immunologiste à Harvard, est assez surpris : «Si on devait deviner où est la source originelle de ces cellules spécialisées, on aurait naturellement tendance à penser qu'elles viennent de la moelle osseuse plutôt que de la rate.»

Mort prématurée

Comme un diverticule ou un appendice intestinal, la rate n'a pas eu de fonction noble dans l'histoire de la médecine. Seuls les chirurgiens s'en méfient : avec sa mince et fragile capsule, elle peut, en cas de traumatisme thoracique gauche, se fissurer et provoquer des hémorragies très graves. Notre regretté confrère Patrick Bourrat, renversé un jour de décembre 2002 au Koweït par les 57 tonnes d'un char américain, est mort d'une rupture de rate non diagnostiquée. (Source: lefigaro.fr)

Commentaires

J'ai eu un auto greffe en novembre 2006 à la suite d'une tumeur de la granulosa , j'ai repris mon activité professionnelle en septembre 2008.Le 30 mars9j'ai fais une chute en A.T. j'ai eu une hématome au niveau de la rate ,mon médecin m'a mis sur surveillance , tous les échographiies démontraient que ça avait l'air de résorber, et ce n'est qu'en septembre 2009 que j'ai été prise de forte douleurs ombilicac , les résultats de l'écho disait que j'avais de l'ascite ,je suis rentré à l'hopitâl pour une ponction , mais il rien récupérer , beaucoup de douleurs dans les côtes à gauche , j'ai un scanner , l'interprétation dit que la rate a augmentéee de taille , avec présence en son sein de plusieurs hydpodenses, de sensiblement identique par rapport au précédent examen.Le foie est modérément augmenté celle-ci atteint dans ses plus grandes dimensions 7cm x 7cm et que celle-ci est majorée au pr&c&dent examen,pas d'ascite.
mon médecin a demander l'avis des chirurgiens à la martinique ils ne veulent prendrent le risque d'une intervention , mon Dr traitant à demandé l'avis à L'ISTUTUT GUSTAVE ROUSSY à PARIS là ou j'ai fais ma grèffe de la moèlle osseuse, je suis dans l'attente d'une réponse .

Je n'ai plus cette douleurs que j'avais, tout vas bien .Quand je suis allée sur votre site , j'ai compris pas mal de chose , au niveau de la rate que cette organe reste un élément important pourl'organisme , car médecin expliquer que c'était le cimetière des globules rouges et on pouvait me faire l'ablation de la rate et celui-ci était unitile.
La question pensez vous que je puisse prendre le risque de cette ablation ? j'ai aussi compris que cette organe était capable d'aller combattre avec une force déterminante S'IL VOUS PLAIT aider moi à comprendre ce qui m'arrive, je reste une femmedéterminée de 48 ans mariée et mère 4 enfants , 26 ans , 19 ,11 , et 8 ans avec un mari attentionné , j'ai un moral de fer , et je suis une chrétienne avec un foi inébrenlale , aidez moi à comprendre.
J'ai beaucoup d'amour et de su=outien autour de moi , merci de répondre.

Hugette SOPHIE.

Écrit par : SOPHIE Huguette | 10/10/2009

Les commentaires sont fermés.