Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/07/2009

Malaise vagal : Il s’agit de la cause de malaise syncopal la plus fréquente.



Le malaise vagal est dû à un réflexe neuro-cardiovasculaire (le nerf vague innerve le cœur).
Il associe un ralentissement du rythme cardiaque (bradycardie) confinant parfois à la pause cardiaque, particulièrement spectaculaire, et à une chute de la tension artérielle. Les deux phénomènes conjugués entraînent une diminution brutale d’apport d’oxygène au cerveau d’où sensation de malaise, chute voire réelle perte de connaissance.
Rapidement une autre voie réflexe va relancer le cœur.

Le diagnostic est souvent facile sur des circonstances d'apparition évocatrices: survenue répétitive, sujets jeunes et en bonne santé le plus souvent, station debout prolongée, atmosphère chaude ou (et) confinée,
après un repas, une émotion, une douleur violente, à la vue du sang, d’une aiguille, etc…

Le malaise débute par des bâillements, des sueurs, une pâleur d’installation rapide, une respiration ample, souvent des nausées. La syncope suit en général rapidement mais elle n’est pas systématique. La durée du malaise est variable. (source: médecine et santé.com)

Si l’on qualifie ce malaise de vagal, c’est parce qu’il est déclenché par l’activité d’un nerf, le nerf vagal, qui influence le rythme cardiaque.

Notre nerf vagal ne cesse d’agir et son rôle est de modérer la rapidité de nos battements cardiaques. Il agit en équilibre avec le système nerveux sympathique qui accélère notre cœur.

De nombreux réflexes passent par le nerf vagal et contribuent à accorder notre pouls et les besoins de notre organisme. Si l’un de ces réflexes fonctionne trop, ou de façon inappropriée, le nerf vagal ralentit trop notre rythme cardiaque et entraîne une baisse de la tension artérielle et le malaise.

Comment le reconnaître ?

Le nerf vagal ne fait pas que ralentir le cœur : au cours d’un malaise, juste avant ou juste après, il est habituel (mais pas obligatoire) de vomir, de ressentir une nausée, des sueurs toutes expliquées par l’excitation du nerf vague.

Les autres signes ne peuvent être reconnus que par l’entourage : pâleur extrême et pouls lent à moins de 50 battements par minute. S’il doit y avoir perte de connaissance, celle-ci est presque toujours progressive : on sent toujours venir le malaise et la chute est souvent lente.

Il est rare que l’on se blesse en tombant. Plus qu’une perte totale de conscience, il est fréquent de ressentir une faiblesse extrême. Il est rare que ce malaise dure plus que quelques minutes.

En revanche, il est possible qu’un nouveau malaise se produise dans les minutes qui suivent surtout quand la reprise d’activité a été trop rapide. La récupération est progressive et toujours complète.

Le contexte est souvent évocateur : chaleur incommodante, stimulation désagréable, frayeur, douleur, lever nocturne. Contrairement à une idée reçue, les femmes ne sont pas beaucoup plus sujettes que les hommes aux malaises vagaux, sauf pendant la grossesse où ils sont spécialement fréquents (au lever surtout). (source: médisite)

 

Commentaires

Mon pere s'est fait opére d'un cancer de la gorge il ya 6 ans et depuis 1 ans il fait des malaise surtout kan il se met a tousser fort il tombe comme si il etait mort il per connaissance cela dure kk minute puis il revien a lui mai a chak foi kil revien il se rapel de rien.On comprend pa et les medecins non plus si kk en c plus merci de me tenir au courant Natacha du 37

Écrit par : martelli natacha | 15/04/2010

Les commentaires sont fermés.