Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/07/2009

Le virus A plus pathogène que le saisonnier sur les animaux

Le virus A/H1N1 de la grippe à l'origine de l'alerte pandémique provoque plus de dommages pulmonaires que le virus de la grippe saisonnière chez les animaux, mais reste sensible aux médicaments antiviraux comme le Tamiflu, selon une nouvelle étude publiée lundi par la revue britannique Nature. Cette observation rejoint celles de deux équipes, américaine et néerlandaise, parues récemment dans la revue américaine Science, après avoir comparé le nouveau virus 2009 à celui de la grippe saisonnière sur le furet, animal qui développe une maladie grippale, respiratoire et pulmonaire, similaire à celle de l'homme.
Le chercheur Yoshihiro Kawaoka et ses collègues japonais et américains ont caractérisé des souches virales provenant de patients touchés par la pandémie en cours et ont vérifié leurs capacités à déclencher la maladie chez quatre sortes d'animaux (souris, furets, macaques et cochons).
Chez les souris, les furets et les macaques, l'infection par le nouveau virus d'origine porcine semble associé à une maladie plus sévère qu'avec le virus H1N1 de la grippe saisonnière.
Le nouveau virus 2009 peut également infecter les cochons mais sans entraîner chez eux de symptômes, ce qui expliquerait qu'il n'ait pas été détecté dans les porcheries avant que l'épidémie humaine ne fasse surface, selon l'étude.
D'après ces travaux, le nouveau virus A/H1N1 2009 semble pénétrer profondément dans les petites bronches et les poumons et s'y multiplier plus activement que le virus de la grippe saisonnière. Les furets infectés montrent en effet des signes plus sévères de bronchopneumonie.
Les auteurs ont par ailleurs analysé des prélèvements de sang humain à la recherche d'anticorps susceptibles de neutraliser le nouveau virus d'origine porcine, qui semble proche de celui responsable de la pandémie de 1918. Résultat: les personnes nées avant 1918 ont des taux élevés d'anticorps contre le nouveau virus 2009.
En revanche, à de rares exceptions près, ces anticorps neutralisants ne sont pas retrouvés chez les personnes nées après 1920.
Enfin, les antiviraux approuvés Tamiflu et Relenza - ainsi que deux produits expérimentaux, le T-705 et le R-125489- ont été efficaces contre le nouveau virus en laboratoire, confirmant leur rôle de "première ligne de défense contre la pandémie". (AFP)

Les commentaires sont fermés.