Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/06/2009

Nouvelles recommandations du NICE pour le diabète de type 2

Les nouvelles recommandations du NICE pour le diabète de type 2 reconnaissent les bénéfices apportés par les nouveaux agents de contrôle de la glycémie. ( Le NICE recommande de considérer les inhibiteurs de la DPP-4 comme une option thérapeutique de deuxième intention chez des patients appropriés).

Merck Sharp & Dohme (MSD) se réjouit de la publication des directives sur les nouveaux agents de traitement du diabète de type 2[i] par l’Institut national de la santé et de l’excellence clinique (National Institute for Health and Clinical Excellence, NICE) au Royaume-Uni, qui recommande de prendre en compte toute une gamme d’options thérapeutiques récentes, notamment « Januvia » (sitagliptine). Les recommandations recommandent d’envisager la classe des inhibiteurs de la DPP-4, qui comprend la sitagliptine, comme traitement de deuxième intention, en remplacement des sulfonylurées (SU) lorsque le contrôle de la glycémie reste ou devient inadéquat (HbA1c ≥ 6,5 % ou une valeur supérieure définie en accord avec le patient) avec la metformine, chez les patients qui présentent un risque significatif d'hypoglycémie et de ses conséquences, si un patient est intolérant à une SU ou si une SU est contre-indiquée.1


 

 

Le professeur Anthony Barnett, diabétologue de renom au Royaume-Uni, a déclaré : « L’un des problèmes clés qui se posent lorsque l’on envisage les options thérapeutiques est de parvenir à trouver un équilibre entre l’obtention d’un contrôle glycémique optimal et la minimisation du risque d’hypoglycémie ; or, les traitements récents, comme les inhibiteurs de la DDP-4 élargissent notre choix d’options. Le NICE doit être félicité pour avoir reconnu ces agents récents, dans la mesure où cette reconnaissance représente une pierre angulaire significative dans le traitement du diabète de type 2 et pourrait avoir un impact dans tout le reste de l’Europe. Nous disposons dorénavant d’un éventail d’options thérapeutiques efficaces, s’accompagnant de moins d’effets secondaires désagréables, à offrir à nos patients dont la glycémie n’est pas bien contrôlée par les traitements de première intention associés au régime alimentaire et à l’exercice physique ; nous devrions pouvoir les aider à amener leur diabète sous contrôle pour qu’ils soient en mesure de mener une vie quotidienne normale. »

On estime que plus de 53,2 millions de personnes souffrent de diabète en Europe, et ce chiffre est supposé grimper à 64,1 millions d’ici 2025 [ii]. Le diabète  touche 7,9% de la population adulte belge et 6,9% de la population adulte luxembourgeoise (population 20-79 ans), soit 598.800 et 23.600 personnes respectivement, selon les estimations de la Fédération Internationale du Diabète (IDF) pour l'année 2007[iii]. En 2025, l'IDF estime que le diabète touchera 9,7% de la population adulte belge

et 8,2% de la population adulte luxembourgeoise (personnes de 20 à 79 ans). En chiffres absolus, nous parlons de 756.700 belges et de 35.300 luxembourgeois[1]


Une enquête récente sur le diabète supportée par MSD chez des professionnels de la santé à travers l’Europe a fait ressortir que la majorité (78 %) de ces derniers pensaient qu’en réduisant les restrictions relatives à la prescription, on pourrait parvenir à une prise en charge plus efficace de la maladie[ii].

Les agents récents, comme la classe des inhibiteurs de la DPP-4, présentent un risque diminué d’hypoglycémie et de prise de poids. Comme les directives du NICE le soulignent, les toutes dernières données sur l’inhibiteur de la DPP-4 qu’est la sitagliptine ont montré que le traitement par la sitagliptine était associé à un nombre moindre d’événements hypoglycémiques par rapport au traitement par metformine et glipizide (une SU), avec des pourcentages respectifs de 5 % et 32 %.[iii] L'addition de sitagliptine à une sulfonylurée a été associée à une augmentation du risque d'hypoglycémie. C'est pourquoi il peut être nécessaire de diminuer la dose de la SU.

Le Dr Martin Hadley-Brown, président de la Primary Care Diabetes Society au Royaume-Uni a déclaré : « Les directives sur les agents récents de traitement du diabète de type 2 sont essentielles pour les professionnels de santé, dans la mesure où elles contribuent à déterminer quels patients retireront un bénéfice de ces traitements récents. Lorsqu’il s’agit d’une affection chronique comme le diabète, il est important que les patients reçoivent une éducation relative à ce dont ils souffrent, aient accès à une gamme étendue d’options thérapeutiques et conservent la meilleure qualité de vie possible. Il est indéniable que les directives sur les agents récents de traitement du diabète de type 2 vont dans ce sens. »

En outre, les recommandations du NICE reconnaissent le rôle de la sitagliptine comme unique inhibiteur de la DPP-4 approuvé pour une administration en tri-thérapie avec la metformine et une SU lorsque les deux dernières ensemble n’apportent pas un contrôle approprié de la glycémie (HbA1c ≤ 7,5 % ou une valeur supérieure définie en accord avec le patient) et lorsque l’insuline est considérée comme inadaptée ou inacceptable pour le patient.1  Administrée sous la forme d’un comprimé une fois par jour, la sitagliptine représente une option thérapeutique pratique pour les patients, dont les prescriptions ont dépassé les dix millions dans le monde depuis son lancement. [iv] 

« Nous sommes ravis que, dans ses directives sur les agents récents pour le traitement du diabète de type 2, le NICE ait reconnu la classe des inhibiteurs de la DPP-4 en tant que choix alternatif possible vis-à-vis des SU pour certains patients, » a commenté le Dr Paul Leigh, de la division Diabète de MSD. « Chez MSD, nous concentrons nos efforts sur le développement de nouveaux médicaments capables de faire la différence dans la vie des patients ; il est par conséquent réjouissant de savoir que les patients et les professionnels de la santé disposent désormais d’un éventail élargi de traitements. »



[1] http://www.eatlas.idf.org/downloadables/Data%20Tables/index.html  > Prevalence DM and IGT - tableau 1.18

 

[ii] Diabetes Impact Survey Report, MSD Diabetes. p.8.

[iii] Nauck et al.. Efficacy and safety of the dipeptidyl peptidase-4 inhibitor, sitagliptin, compared with the sulfonylurea, glipizide, in patients with type 2 diabetes inadequately controlled on metformin alone: a randomized, double-blind, non-inferiority trial. Diabetes, Obesity and Metabolism, vol 9, N° 2, 2007, p.7.

[iv]  IMS Health, NPA™ Weekly, TRxs: data on file



[i] National Institute for health and Clinical Excellence. Type 2 diabetes: newer agents for blood glucose in type 2 diabetes. Review of NICE technology appraisal guidance 66. March 2009. www.nice.org.uk

[ii] Diabetes Atlas. http://www.eatlas.idf.org/, p.28 et 35.

 

[iii] http://www.eatlas.idf.org/downloadables/Data%20Tables/index.html  > Prevalence DM and IGT - tableau 1.17

 

Les commentaires sont fermés.