Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2009

La diarrhée, un sujet tabou et un handicap social

7 Belges sur 10 savent que la maladie de Crohn est une maladie inflammatoire des intestins mais près d’1 Belge sur 2 ignore son symptôme principal  encore toujours tabou aujourd’hui

 

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin « MICI » touchent environ  30.000 Belges dont environ 15.000 souffrent de la maladie de Crohn et 15.000 de  colite ulcéreuse. La fréquence de la maladie de Crohn est en constante augmentation ; 500 nouveaux cas sont recensés chaque année en Belgique.  Cette maladie inflammatoire chronique des intestins reste encore taboue en raison de ses symptômes socialement très handicapants parmi lesquels les diarrhées sérieuses et parfois incontrôlées contenant du sang et/ou des glaires qui peuvent survenir plusieurs fois par jour et les maux de ventre.

 


 

 

La plateforme d’experts qui, avec le soutien d’Abbott (société présente mondialement et possédant une large gamme dans le domaine des soins de santé), s’est réunie dans le cadre de la campagne « Contrôlez Crohn » a lancé, en mars dernier, une grande enquête nationale  afin de faire le point sur  les connaissances des Belges quant aux « MICI » en général et à la maladie de Crohn en particulier. Les résultats sont assez surprenants car ils témoignent d’une connaissance approximative sur plusieurs éléments essentiels qui caractérisent la maladie de Crohn. Or les spécialistes sont unanimes : une meilleure connaissance faciliterait une meilleure prise en charge de cette maladie qui est diagnostiquée surtout chez des adolescents et des jeunes  adultes (entre 15 et 30 ans) et qui actuellement ne se guérit pas. Près de 8 Belges sur 10 ne le savent pas.

 

Les résultats de cette enquête confirment la nécessité de mettre sur pied une journée nationale pour ces maladies intestinales comme tel est déjà le cas dans d’autres pays européens. Telle est la motivation de l’appel des spécialistes et des associations de patients, lancé aujourd’hui au Ministère de la Santé publique sur le site de la campagne : http://www.controlezcrohn.be/

 

Près de 8 Belges sur 10 déclarent avoir déjà entendu parler de la maladie de Crohn et ils sont autant à savoir que ce n’est pas une maladie contagieuse. 7 Belges sur 10 savent que c’est une maladie des intestins. Selon le Professeur Franchimont, gastro-entérologue à l’hôpital Erasme à Bruxelles  : « Ces résultats indiquent une connaissance  relative de la maladie. La maladie de Crohn est effectivement une maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Il ne s’agit pas d’une maladie infectieuse et  elle n’est absolument pas contagieuse. Les aspects essentiels de la maladie comme l’âge de survenue ou les symptômes principaux de la maladie sont eux mal connus du public. Une meilleure connaissance des contraintes liées à cette maladie pourrait pourtant améliorer la qualité de vie du patient, particulièrement dans leur vie sociale et professionnelle. »

 

Quel âge? Quel symptôme?

Près de 8 Belges sur 10 ne savent pas que c’est généralement entre 15 et 30 ans que la maladie se déclenche. On sous-estime que c’est une maladie lourde et contraignante. Elle peut atteindre les parties les plus intimes du corps. 1 Belge sur 2 ignore que le symptôme principal est la diarrhée associée à du sang et/ou des glaires. Pendant les périodes de crises, un patient peut parfois se rendre 10 fois par jour voire plus aux toilettes. La diarrhée reste encore un sujet tabou, ce qui handicape socialement le malade. Il y a cependant des moments où les patients doivent aborder le sujet. Si cet aspect de la maladie était mieux connu, le malade se sentirait moins gêné et par conséquent, s’isolerait moins par honte d’en parler.  « Beaucoup s’interdisent également de sortir de chez eux de peur d’être confronté  à une diarrhée et de ne pas trouver de toilettes accessibles en temps voulu. Peu de malades osent en parler », ajoute Daniel De Bast de l’Association Crohn-RCUH.

 

Outre les diarrhées, les crampes, les douleurs abdominales, la perte de poids et la fièvre figurent également parmi les symptômes fréquents de la maladie de Crohn. Les complications comprennent les obstructions intestinales, les fistules (ulcères formant des tunnels vers les tissus avoisinants) et la malnutrition. Tout au long de l’évolution de la maladie, jusqu’à 75 pour cent des patients subiront au moins une fois une intervention chirurgicale pour cause de complications ou parce que la maladie devient résistante à tous types de traitements. Parmi ceux qui subissent une intervention destinée à retirer une portion des intestins, la moitié connaîtra une rechute dans les cinq années suivantes.

 

Plus de 1000 points d’accueil Crohn à disposition sur www.controlezcrohn.be

Pour sortir les patients de leur isolement, la plateforme d’experts qui s’est réunie au cours de la campagne ‘Contrôlez Crohn’ avait initié la création, l’année dernière, d’une base de données reprenant les points d’accueil Crohn. A l’époque, un peu plus de 400 établissements avaient accepté de mettre leurs toilettes gratuitement à disposition des patients atteints de la maladie de  Crohn. Depuis, la base de données s’est étoffée et compte actuellement plus de 1000 points d’accueil dans toute la Belgique. Il est possible de consulter la liste de ces points d’accueil sur www.controlezcrohn.be. Quand on leur explique la maladie et ses implications, plus de 8 Belges sur 10 estiment qu’en Belgique, l’accès aux toilettes de tous les établissements devrait être gratuit pour ces patients. « Avec plus de 1000 points d’accueil Crohn, notre société est déjà plus accueillante face aux malades de Crohn mais ce n’est pas encore suffisant. Nous sommes souvent confrontés à des ‘politiques de toilettes’ même pour des personnes malades : endroits payants, accessibilité difficile,… mais nous ne baissons pas les bras, et nous avons l’espoir qu’un jour, tous les établissements de Belgique ouvrent leurs portes aux patients Crohn. C’est l’occasion pour nous de lancer un appel aux magasins, sociétés, cafés, restaurants et autres afin qu’ils rejoignent cette base de données très utile » explique Daniel De Bast de l’Association Crohn-RCUH .

 

Le site www.controlezcrohn.be contient également une nouvelle rubrique: la page ‘Actualités Crohn’. De l’initiative privée aux défis ou aux découvertes scientifiques, cette nouvelle rubrique donne un aperçu de ce qui se fait en Belgique et dans le monde en matière de maladie de Crohn et en faveur des personnes qui en sont atteintes.

 

Des avancées mais pas encore de solutions définitives

En février, on apprenait qu’une avancée venait d’être réalisée dans les recherches pour lutter contre la maladie de Crohn. Le Prof Franchimont, gastro-entérologue à l’hôpital Erasme et son équipe ont découvert que le gène de la fièvre est l’un des 30 gènes de susceptibilité de la maladie de Crohn trouvés jusqu’à maintenant. Les recherches évoluent donc bien mais, à l’heure actuelle, il est toujours impossible de déterminer la cause de la maladie et d’en guérir. Les malades doivent dès lors apprendre à vivre avec cette pathologie. C’est pourquoi il est nécessaire de disposer  de traitements  permettant de contrôler efficacement les symptômes sur le long terme et de repousser au maximum le recours à la chirurgie.

 

Vers une journée nationale

Daniel De Bast de l’Association Crohn-RCUH conclut : « En Belgique, nous n’avons pas de journée dédiée aux « MICI » en général et à la maladie de Crohn en particulier. Nous souhaiterions accorder nos violons et trouver une date fixe pour sensibiliser les Belges à cette maladie. Nous allons commencer par sensibiliser le Ministère de la Santé publique à la nécessité de créer cette journée nationale des « MICI » et de  la maladie de Crohn. »

Commentaires

Edifiante la liste précédente des déclarations des mandats des hommes politiques, publiée au Moniteur : http://www.ejustice.just.fgov.be/
y accoler : mopdf/2008/08/14_1.pdf
On découvrira que parmi les chevaliers plus blancs que blancs ECOLO (voir dans leur charte l’interdiction des cumuls des mandats) il y a une certaine Isabelle Durant à la tête de son parti (l’exemple vient de haut) qui cumule QUATRE mandats et donc TROIS rémunérés ! Ecolo est-il crédible en pareilles conditions ?


Manipulation de la presse : Reynders n'a jamais dit que le P.S. était devenu infréquentable mais que certains membres l'étaient. Pire à la RTBF TV, on a montré de la séquence en question que la fin de phrase, le mot infréquentable(s) ; c’est un délit de presse car c’est une dénaturation tendancieuse des propos par amputation ! On a directement enchaîné sur la réaction du P.S.
RTBF rouge et partiale !


Les cancres ne sont ps du côté qu’on voudrait ici désigner !

Ce que les médias occultent sciemment, serviles relais des lobbies pharmaco-industriels, c’est ce qui suit :

1° le sénat français a acté qu’il n’y avait aucune preuve scientifique de leur utilité !
« Le député qui présidait une table ronde sur la vaccination en France, le 6 juin dernier [2007] au Sénat, estime « qu'il n'existe pas de preuve scientifique sur l'utilité des vaccins ».
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=31102 et
http://www.senat.fr/bulletin/20070604/sante.html

En 1899 déjà, voici ce que disait un prof de médecine : "La vaccination est une chose monstrueuse ; elle est le résultat malencontreux de l’ignorance et de l’erreur. Elle ne devrait avoir aucune place ni en hygiène ni en médecine…Il ne faut pas croire à la vaccination ; le monde entier a été plongé dans l’illusion. La vaccination n’a aucune base scientifique ; il s’agit d’une désastreuse superstition dont les conséquences ne peuvent se mesurer que dans la douleur et des larmes sans fin." Carlo Ruta, Professeur de Materia Medica à l’Université de Pérouse (Italie) New York Medical Journal, 1899.

Par rapport à l’absorption de vaccins ou d’antiviraux, voici la mise en garde du célèbre microbiologiste et inventeur (pourtant) du premier antibiotique René Dubos qui prévient des dangers réels encourus et vérifiés :
"L'élimination d'un type de micro-organisme ne fait que créer une niche pour d'autres pathogènes. (...) La science réductionniste ne se soucie que des nuisibles et non de leur écologie."
René Dubos, inventeur du premier antibiotique, peut être considéré comme le fondateur de l'écologie de la santé.
cf. « L'Homme et l'adaptation au milieu » (Payot, Paris, 1973).

Le Pr Jacqueline Bousquet précise aussi :
"La science matérialiste traque et tue sans relâche des « agresseurs » imaginaires qui ne sont autres que les constituants naturels de l’organisme dont la stéréochimie a changé, alors qu’ils ne sont que les témoins du terrain des individus ! (…)
"Les « épidémies » ne frappent que des gens ou des animaux fragilisés et s’arrêtent spontanément sans la moindre intervention médicale.
D’autant mieux, d’ailleurs, qu’il n’y a pas d’intervention médicale. Les autorités, conseillées par des « experts » (…) continuent à nous imposer les vaccinations — acte anti-scientifique s’il en est — faisant preuve de l’inculture et de l’irresponsabilité du corps médical qui, depuis Pasteur, répète sans jamais les remettre en question des dogmes éculés, depuis longtemps rejetés par nos voisins européens par le danger qu’ils représentent ! " http://www.retrouversonnord.be/BacteriesDangereuses.htm

2° effets mortifères et iatrogènes incontestés des vaccins contre l’hépatite :

- « La présence d’un œdème cérébral chez des enfants en bas âge qui meurent peu de temps après une vaccination contre l’hépatite B est inquiétante… Les enfants de moins de 14 ans ont plus de chance de mourir ou de souffrir de réactions négatives après avoir reçu le vaccin de l’hépatite B que d’attraper la maladie. » Dr. Jane ORIENT (Médecin, directrice de l’Association des médecins américains et des chirurgiens)

- « . L'inclusion du vaccin contre l'hépatite B dans un kit polyvaccinal fera passer la pilule en douceur. Le médecin prescripteur n'aura même plus besoin de prononcer le mot qui fache (hépatite B), il prescrira "InfanrixHexa" et le tour sera joué. »
http://www.e-sante.fr/fr/forums_sante/nourrissons_vaccin_hepatite_b-42610-135-1.htm
« Aux journées de veille sanitaire une représentante de l’Afssaps a déclaré : « Les vaccins hexavalents ont aussi fait du mal en Allemagne ». Trois jours auparavant, un documentaire d’Arte présentait un véritable scoop sur ce thème : « Presque chaque jour, des nourrissons morts d’un oedème cérébral de cause inconnue à Munich ». Accusés : les vaccins hexavalents dont l’un deux sera plus tard retiré du marché. L’autre poursuit sa route, mais est-il meilleur ? »

-

Écrit par : Baudouin Labrique | 21/05/2009

Les deux messages précédent ont atteri inexplicablement ici (bug informatique)

Écrit par : Baudouin Labrique | 22/05/2009

Les commentaires sont fermés.