Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2009

Les Belges en masse contre les souffrances des animaux de laboratoire

Plus de 78 pc des Belges estiment que les expériences sur animaux qui n'ont pas de rapport avec des maladies humaines graves ou mortelles doivent être interdites. Les expériences qui provoquent des souffrances aux animaux doivent également être interdites, pour huit Belges sur dix. C'est ce qui ressort d'un sondage d'opinion réalisé par le bureau britannique YouGov pour GAIA et la Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale, annonce GAIA jeudi.
Quelque 77 pc des Belges trouvent que la nouvelle législation de l'Union européenne pour la protection des animaux de laboratoire doit interdire les expériences douloureuses sur les singes ou les expériences qui font souffrir les singes. Les trois-quarts des Belges sont d'avis que toutes les informations relatives à l'expérimentation animale devraient être mises à la disposition du public, avec toutefois une exception en ce qui concerne les informations confidentielles (secrets commerciaux) et les informations susceptibles de permettre l'identification des chercheurs ainsi que de leur lieu de travail.
GAIA et la Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale lancent un appel aux députés du Parlement européen (qui doivent voter le 2 mai prochain une nouvelle législation de l'Union européenne en matière de protection des animaux de laboratoire), leur demandant d'adapter la proposition de la Commission conformément aux résultats du sondage d'opinion. (Belga)

Commentaires

Dans toutes ces expériences de laboratoires où les animaux sont ainsi malmenés, on a alors beau jeu de faire croire qu'il s'agit alors de tel ou tel produit injecté" etc. qui a donc entraînés les pathologies observées ensuite, alors qu'on a fait fi des incidences déterminantes sur le psychisme de tels traitements, a la manière de ce qui se passe, trop souvent d'ailleurs, en expérimentation scientifique matérialiste et rationaliste.

C'est également ce stress qui aboutit à un surstress c'est que nous confirme en détail le Pr Jacqueline Bousquet, Docteur ès Sciences, Biologie, Biophysique, chercheur honoraire au C.N.R.S., chargée d'enseignement à la Faculté Privée des sciences Humaines de Paris, Conférencière, Ecrivain :

"Personne, avant le Dr R.G. Hamer, n'a eu l'idée de rapprocher les résultats de l'apparition d'un cancer du poumon au fait qu'il survient chez des patients confrontés à une peur brutale de la mort. Prenons l'exemple des animaux de laboratoire : enfumés artificiellement, ils sont bloqués dans leur réflexe naturel de fuite et, en conséquence, confrontés à la peur panique de la mort : ils font un cancer du poumon.
(..)
N'oublions pas que tous les phénomènes sont en rétroaction : le physique retentit sur le psychique et inversement. Toute action physique, au niveau de la cellule, modifie le tenseur fondamental du noyau. Lequel, par modification de l'ADN, aura sa répercussion sur le psychisme." (http://www.ligue-echo.org/IMG/pdf/introduction_conscience.pdf )

Écrit par : Baudouin Labrique | 20/03/2009

Les commentaires sont fermés.