Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/10/2008

Joueurs de foot: Médicaments dangereux

Alerte dans le milieu footballistique. Les as du ballon rond ont vu leur consommation de médicaments passée au crible par la Fédération internationale de football association (Fifa). Bien que le monde du football ne connaisse pas de cas de dopage généralisé, il semble atteindre aujourd’hui une situation dangereuse. En effet, les joueurs de haut niveau abuseraient de substances telles que les anti-inflammatoires, sprays respiratoires, protéines et autres analgésiques. Et la Fifa s’inquiète. Pour écrire son rapport, la Fédération s’appuie sur les rapports de 2.944 médecins. Chaque spécialiste devait fournir un document sur les médicaments et les compléments alimentaires des joueurs.

Au final, la Fifa a répertorié 10.384 substances différentes, soit près de deux substances par joueur par match). 4.450 de ces substances foot.jpgs’avèrent être médicales. Les 5.934 restantes sont des compléments alimentaires.
La Fifa et les médecins constatent également qu’un médicament sur cinq (2.092, soit 20,1 %) est un anti-inflammatoire non stéroïdien. “Plus de la moitié des joueurs prennent ces anti-inflammatoires au moins une fois pendant le tournoi et plus de 10 % en prennent à chaque match (156 joueurs sur 1.472)”, indique l’alarmant rapport.
125 injections corticostéroïdes ont été prescrites en 2006, contre 135 en 2002. Les médicaments et sprays respiratoires ont vu leur prescription grimper. En 2002, la Fifa en dénombrait 173; en 2006, 284.
En ce qui concerne les compléments alimentaires, ce sont les vitamines qui sont le plus couramment prises. Lors de la Coupe du Monde de 2002, on en dénombrait 902. En 2006, leur nombre s’élevait à 1.536 ! Le nombre de compléments homéopathiques a également doublé d’un Mondial à l’autre, passant de 113 en 2006 à 288 en 2006 !
La Fifa conclut : “La prise importante de médicaments dans le football international – spécialement celle des anti-inflammatoires non stéroïdiens – est alarmante. Les résultats soulèvent des questions quant à savoir si le médicament a été pris uniquement pour des raisons thérapeutiques. Compte tenu des risques d’effets secondaires, des recommandations sportives plus restrictives doivent être développées.”
Plus d'infos: Les anti- inflammatoires peuvent nuire gravement à la santé
Du bon usage des médicaments. Ces gélules et autres sirops peuvent s’avérer dangereux. L’avis du médecin doit être suivi minutieusement. En santé, il n’est pas bon de vouloir mettre son grain de sel.
Les anti-inflammatoires “permettent d’inhiber l’inflammation et ce faisant ils permettent de contrer les douleurs et la restriction des mouvements qui accompagnent l’inflammation. Ils assurent donc une plus grande liberté et une plus grande flexibilité dans les mouvements. Ils sont très utilisés dans les cas de douleurs et de raideurs articulaires. Beaucoup d’arthritiques, notamment, en font un usage régulier“, indique le docteur Jean-Pierre Demets, sur masantenaturelle.com. foot1.jpg
Mais ce médicament n’est pas sans risque. Il peut être mortel. Chaque année, il provoque, aux États-Unis le décès de plus de 10.000 arthritiques suite à des complications reliées aux ulcères de l’estomac et du duodénum. Ses effets secondaires sont multiples : irritation de la muqueuse digestive, risque de gastrite, favorise les ulcères de l’estomac, provoque des hémorragies gastriques, des dommages au foie et aux reins… Il peut également favoriser la diffusion d’infections dentaires ou pharyngées et conduire à la mort.
Un médicament à n’utiliser que sur conseil de son médecin !
Plus d'infos: campagne de sensibilisation
Les joueurs belges ne sont pas épargnés non plus par ce rapport international. Interrogé sur le phénomène de surmédication et d’automédication des joueurs de football de division 1, le docteur Michel d’Hooghe, président de la commission médicale de l’Uefa et membre du comité exécutif de la Fifa, réagit : “C’est un phénomène qui n’est pas uniquement belge. C’est un phénomène international ! L’enquête a été menée auprès de 32 pays qui ont participé aux deux dernières Coupes du Monde, en 2002 et 2006. De manière générale, il s’avère que les joueurs prennent trop de médicaments et surtout trop d’anti-inflammatoires. Cela se vérifie bien dans le rapport. On a comptabilisé plus de 10.000 médicaments en 2002 et 2006 ! C’est v raiment énorme !”
Au vu du rapport publié par la Fifa, pour le docteur belge, originaire de Bruges, il est grand temps d’agir. “Nous allons mener, prochainement, une campagne de sensibilisation d’envergure internationale auprès des joueurs et des médecins.” (Source Laura Cerrada Crespo)

Commentaires

Bonjour,
Je travaille sur la question du dopage à partir d'entretiens avec des sportifs dopés. Je désirai savoir à qui je pourrai m'adresser pour obtenir le rapport FIFA dont vous parlez au sujet des compléments alimentaires en football.
Cordialement,
Christophe Brissonneau (CERSES CNRS-Université Paris Descartes)

Écrit par : Brissonneau | 06/11/2008

Les commentaires sont fermés.